Non classé

Examen du baccalauréat : Décès brutal d’une candidate après l’épreuve d’EPS

L’arrêt cardiaque a encore touché des candidats à l’examen du baccalauréat, pendant l’épreuve d’éducation physique et sportive. Une candidate a succombé à Moramanga.

Moramanga vers 16 heures, le jeudi 8 août. Une candidate à l’examen du baccalauréat rend l’âme après avoir passé l’épreuve de demi-fond dans un stade de cette ville. «Elle a fait un arrêt cardiaque, selon l’explication des médecins. Ils n’ont pas expliqué les raisons de ce malaise », rapporte Harinaivo Ratrimoarikoto, chef de la circonscription scolaire (Cisco) de Moramanga, hier.

Cette demoiselle de 21 ans s’est sentie très affaiblie après avoir achevé les trois épreuves. « Elle a fait un effort important pendant la course. Elle a été première de son groupe au début, puis, à quelques mètres de l’arrivée, elle a cessé de courir et a terminé l’épreuve par une marche. Elle était encore consciente à l’arrivée, elle discutait avec les autres candidates qu’elle se sentait très faible, et qu’elle a eu ses règles », rajoute la source.

Les médecins qui l’ont examiné sur le stade ont exhorté qu’on l’emmène d’urgence au centre hospitalier, en constatant que son état de santé s’est détérioré. Malheureusement, cette élève de la classe de Terminale ne présentait plus aucun signe de vie devant le personnel médical du centre hospitalier de référence du district à Moramanga.

Quatre victimes
C’est le quatrième décès de candidats au baccalauréat, enregistrés en trois sessions successives. En 2017, la victime est un jeune homme d’un centre d’examen à Maroantsetra. Deux décès sont notifiés à Antananarivo, pour la session 2018. Ils ont tous été victimes d’un malaise cardiaque, à la fin de l’épreuve de demi-fond.

« Une mort subite s’explique, en principe, par une maladie cardiaque. La maladie cardiaque a plusieurs facteurs, mais il faut être vigilant si des membres de la famille ont déjà été victimes d’une mort subite», explique le professeur Solofonirina Rakotoarimanana, cardiologue. Selon lui, les visites médicales qui sont faites dans la règle de l’art peuvent éviter en partie, cet accident. Le dopage est, également, déconseillé. « Cela peut provoquer des accidents cardiaques ou circulatoires », soulignent d’autres médecins. Et les professeurs d’éducation physique et sportive recommandent aux candidats de multiplier les entrainements. « Pendant l’épreuve, il faut donner le maximum pour obtenir de bonnes notes. Mais ce maximum d’effort n’est pas recommandé, si on n’a pas fait assez d’entrainement », indique Jocelyn Razafy, professeur d’éducation physique et sportive. Les candidats à Antananarivo ont encore quelques jours pour se préparer à cette épreuve.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter