Social

Ankatso-Antsahameva : La population réclame le retour de l’eau

Irrités. Les habitants d’Ankatso et Antsahameva ont appelé pour le rétablissement de l’eau chez eux hier. Coupé depuis quelques semaines voire des mois, ils ont fait entendre leur voix à Ankatso en brandissant une banderole sur les lieux avec des bidons jaunes dans les mains. À cinq heures du matin, les manifestants ont barré la route allant vers le terminus du 119 Ankatso. « C’est depuis avril que l’eau a été coupé à Antsahameva et dans ses environs, c‘est seulement en milieu de la nuit qu’on récupère un peu d’eau mais cela ne dure que quelques minutes avant de s’arrêter. Et durant quelques semaines, la coupure s’est accentuée car aucune goutte d’eau ne sort du robinet», regrette Angeline habitant d’Antsahameva. Racontant leur calvaire, les habitants témoignent de leur difficulté à avoir un peu d’eau en bidon. « Du fait de la coupure, je suis obligée de chercher de l’eau dans la rizière ou chez des connaissances. Or on risque d’attraper des maladies puisque l’eau est insalubre », enchaine t- elle. Une autre témoigne des problèmes devant les bornes fontaines. « pour attendre le retour de l’eau au beau milieu de la nuit, nous sommes obligés de camper devant des bornes fontaines presque tous les jours par peur que les bidons ne se fassent voler » indique Ginette, une femme de 63 ans.

Citernes d’eau
Les autres alternatives trouvées par ces derniers étant l’achat de l’eau en bidon allant jusqu’à 2000 ariary.
« Certaines personnes ayant trouvé de l’eau la vend à un coût assez élevé puisque le bidon peut coûter entre 1000 à 2000 ariary alors que notre besoin en eau peut aller de trois à quatre bidons par jour », explique Lala une mère de famille à Ankatso. De son côté, la Jirama a expliqué que la coupure est due à la baisse de la pression de l’eau pendant le temps sec. La solution provisoire proposée à ces habitants étant l’approvisionnement par des citernes d’eau le temps du rétablissement. Des litres d’eau ont été transportés pour approvisionner les habitants concernés. En ce qui concerne la solution à long terme, la station d’Amoronakona qui produira de l’eau jusqu’à 100m3 par heure sera là après quelques semaines.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter