Editorial

Wififi

Très bonne initiative que de mettre du wifi gratuit dans certains endroits de la capitale. On ignore si c’est la concrétisation d’un projet annoncé l’année dernière par l’ancien président Rajaonarimampianina, en tout cas on ne peut que saluer l’idée par les temps qui courent. C’est toujours cela de gagner la gratuité de la connexion qui contribue à la démocratisation des nouvelles technologies de l’information. Avec le pouvoir d’achat insignifiant de la population, c’est du pain béni. Reste à aménager des infrastructures pour que la population soit à l’abri des méfaits des bandits de la ville.
On ne sait pas si le volet sécurité a été pris en compte dans le choix de ces quartiers entre autres Antanimena et Antaninarenina toujours est-il qu’il faut prendre toutes les précautions pour éviter des incidents.
Néanmoins on se demande quel est le véritable objectif de cette initiative ? Il existe d’autres milieux, d’autres domaines, d’autres secteurs d’activités qui ont grandement besoin de cette gratuité de la connexion. Les universités par exemple.
Parmi les revendications des étudiants de l’école polytechnique de Vontovorona figurait l’installation d’un wifi gratuit pour qu’ils puissent parfaire leurs recherches. On ne sait pas si leur demande a eu un écho favorable ou si elle a été lettre morte contre les autres doléances. Le fait est que le nouveau système LMD exige beaucoup de travaux sur internet. Les étudiants en Master surtout doivent pouvoir travailler sur ordinateur avec connexion. Or à Ankatso, il y a loin de la coupe aux lèvres contrairement à l’université d’Andrainjato à Fianarantsoa où le wifi est gratuit dans tout le campus. Allez savoir quel est le secret de cette situation.
Au lieu de construire quatre nouvelles universités avec l’argent du Sénat, certainement pimpantes pour épater la galerie, vaut mieux équiper celles qui existent déjà et les mettre aux normes. Les nouvelles infrastructures ne seront pas construites d’ici quatre ans.
Les cités universitaires à Ankatso I et II sont indignes des étudiants depuis plusieurs années. L’État se détériore d’une année à l’autre et déteint sur le niveau et la mentalité des étudiants. Quand on parle de renouvellement de la classe politique, on ne peut pas espérer un grand changement avec des futurs dirigeants moulés dans ces lupanars.
À Vontovorona, les futurs polytechniciens vivent dans des écuries vieilles de 40 ans qui n’ont jamais fait l’objet d’un coup de peinture depuis leur création. Les priorités sont bien évidemment ailleurs. La santé et l’éducation s’effacent devant la défense et l’armée chouchoutée par l’achat de nouveaux hélicos et avions ainsi que des armes. On comprend, équiper l’armée c’est d’abord s’assurer la stabilité au pouvoir et garantir la victoire aux prochaines élections.
Si les Mig 17 et 21 , les Antonov et Illiouchine de Ratsiraka pouvaient garantir la sécurité et la paix dans l’océan Indien comme on le ressassait à l’époque, on en aurait fini avec les dahalo depuis belle lurette. Le pays s’est endetté pour rien et continue à l’être davantage.
L’éducation est le seul moyen de réussir le développement. Hélas, c’est difficile à admettre quand on arrive au pouvoir par le chemin le plus court.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter