Océan indien

La Réunion – Quatre cents millions d’euros pour le développement

Le Président du Conseil Départemental, Cyrille Melchior s’est rendu à Paris lundi, pour signer le contrat de convergence et de transformation de La Réunion.

«Contrat de convergence et de transformation». Une enveloppe de 398M d’euros a été attribuée à La Réunion pour son développement, lundi.

Le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre des Outremers étaient réunis lundi après-midi rue Oudinot pour la signature des contrats de convergence et de transformation outre-mer.
Ces contrats ont été signés par les départements de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique, de Mayotte, de Saint-Pierre-et-Miquelon, de Wallis-et-Futuna, mais aussi de La Réunion.
Cette stratégie de développement entre dans le cadre de la «trajectoire 5.0» pour l’outre-mer, pour le développement économique et social des outre-mers, et est la «traduction concrète des ambitions arrêtées dans le Livre bleu outre-mer».
Pour rappel, la trajectoire 5.0 vise à faire des départements ultramarins, dont La Réunion, des territoires «zéro exclusion, zéro carbone, zéro déchet, zéro
polluant agricole, zéro vulnérabilité au changement climatique».
Les contrats de convergence et de transformation mis en place pour parvenir à ces objectifs ont été signés entre les collectivités – Région, département, Casud, Cinor, Cirest, Civis et TCO – et l’État. Ils correspondent à un effort financier de 398 millions d’euros de crédits pour La Réunion.

Spécificités de l’Ile
Avec l’ensemble des signataires, ce sont au total près de 608 millions d’euros de crédits qui seront mobilisés au bénéfice des projets du territoire réunionnais : 398 millions d’euros, 123 millions d’euros de la Région, 82 millions d’euros du Département, et 5 millions d’euros du comité d’agglomérations.
Concernant spécifiquement La Réunion, le contrat de convergence et de transformation vise à faire évoluer La Réunion dans un contexte de mondialisation de l’économie, et permettre un développement qui prend en compte «les spécificités de l’île» et une «internationalisation de l’économie intégrant son environnement régional». (…)
L’État précise que ce développement économique devra prendre en compte la protection des ressources naturelles marines comme terrestres, et une approche durable de l’utilisation des énergies…
© JIR

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter