Region

Antsiranana – Le CHU au chevet des garçons

Après son opération, chaque enfant reçoit des friandises et des jouets offerts par une boulangerie.

Depuis quatre ans, l’hôpital de Tanambao a mis en place un plan de circoncision de masse. Cette année, cinquante-trois garçons ont bénéficié de l’opération.

En toute sécurité. Hormis, les grandes circoncisions coutumières qui se font selon un rituel bien précis, il devient de plus en plus difficile pour les familles moyennes de payer un médecin qui pourra assurer en toute sécurité, la circoncision de leurs enfants. C’est pourquoi le Centre hospitalier universitaire de Tanambao à Antsiranana  a décidé de mettre en place un plan de circoncision de masse. Cette année, il s’agit de la quatrième édition.
Ce week-end, cinquante trois enfants, âgés d’un an et demi à dix ans, issus de différents quartiers de la ville d’Antsiranana, ont été circoncis gratuitement. L’opération a été réalisée par le personnel médical de l’établissement, des chirurgiens aidés par des infirmiers. La présence d’étudiants stagiaires en médecine issus de l’Université Paris Descartes-France a été aussi remarquée.
« Cette circoncision collective, en tant qu’activité sociale de l’hôpital,  a eu pour objectif d’alléger les charges financières des parents devant la nécessité et la tradition malgache qui veut que le garçon soit circoncis dès son jeune âge et surtout en cette période hivernale », explique le Pr Alexandro Rabemazava, directeur du CHU qui figure parmi les chirurgiens présents.
Ce dernier a ajouté que cette action socio-chirurgicale a été aussi une occasion pour renforcer la solidarité entre les soignants au sein de l’établissement grâce à ce travail d’équipe.

Acte chirurgical
Comme la circoncision est un acte chirurgical, cette session a surtout été marquée par la réalisation d’une consultation chirurgicale au préalable de tous les enfants. Et ce, afin de détecter d’éventuelles anomalies préexistantes au niveau du pénis ou d’autres antécédents hémorragiques particuliers qui pourraient être sources de complications ultérieures.
Outre la prise en charge gratuite, les petits garçons ont reçu des friandises et des jouets grâce à une donation de la Boulangerie Mouna. Ils ont été distribués par
l’équipe de l’assistance sociale au sein de l’établissement.
Certes, bon nombre de parents ne sont pas convaincus de la nécessité de faire circoncire leurs fils car ils ont peur de la qualité de l’opération. Ils sont très exigeants par rapport à l’hygiène et la santé de leur progéniture, mais pour cet hôpital, sa priorité est la qualité. C’est pourquoi le nombre d’enfant opérés est limité. D’après les explications fournies, durant ces quatre éditions, le CHU de Tanambao n’a jamais reçu aucune plainte venant des parents à propos d’une complication médicale ou d’une mauvaise prise en charge des enfants.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter