Accueil » A la une » Vaccination – Les appréhensions freinent la majorité
A la une Social

Vaccination – Les appréhensions freinent la majorité

Les  centres  de  vaccinations  sont  toujours  ouverts pour  les  volontaires.

Dernière ligne droite avant la fermeture de la campagne de vaccination pour la première dose de vaccin dans la Grande île. Le nombre de personnes vaccinées augmente dans les différentes régions.

Plus que huit jours avant la date de péremption du vaccin Covishield. La vaccination continue dans la région Analamanga et les autres régions. Le nombre de personnes vaccinées a augmenté par rapport au dernier bilan. Selon une source, près de soixante-seize mille sept cent soixante-dix-sept doses ont été administrées dans la Grande île. Le chiffre a connu une augmentation par rapport au dernier bilan. Dans la majorité des cas, les appréhensions sur le vaccin restent un blocage pour certaines personnes. Les avis sont partagés. Pour les uns, ils préfèrent attendre la dernière semaine avant de se faire vacciner. « Je suis diabétique et je fais partie des personnes vulnérables qui devraient être vaccinés pour se prémunir contre cette maladie. J’ai pensé à me faire vacciner. Mais j’attends encore un peu avant de me lancer », explique Rivo, un père de famille interrogé. Pour les autres, il est mieux d’avoir plusieurs choix avant de recevoir la première dose.

« J’aurais aimé avoir plusieurs choix de vaccin. J’hésite encore jusqu’à maintenant. Peut être que je vais attendre un autre vaccin », livre Rajo. Au début le vaccin était seulement destiné à un groupe de personnes ciblées. Maintenant tous ceux qui ont plus de 18 ans peuvent en bénéficier. Pour ceux qui se sont fait vacciner, il est préférable de recevoir la première dose puisque la maladie est encore présente parmi la population. « Il est important de se faire vacciner puisque le risque de la troisième vague n’est pas encore écarté pour l’instant », confie Mirana, une étudiante de 23 ans.

Selon une source, en date du 8 juin, ceux de moins de 60 ans représentent plus de la moitié des personnes vaccinées dans tout Madagascar, avec un pourcentage est de 70,9%. Pour les personnes âgées de plus de 60 ans, le taux de vaccination est de 29,1%. Une opération de redéploiement a été effectuée au niveau de toutes les régions. La quantité finale après redéploiement auprès de la région Analamanga étant de 51 460 doses. Jusqu’à la date du 8 juin, 33 741 doses ont été administrées.

Incertitude

Face à la réticence manifeste à l’égard du vaccin, le Directeur du programme élargi de vaccination (DPEV) au niveau du ministère de la Santé publique a déjà apporté une explication lors d’une interview de notre collègue le 2 juin dernier. «Les effets indésirables ne sont pas exclus pour les vaccins. Ils pourront être mineurs, sévères ou graves. Au niveau de l’Afrique, aucun cas de thrombose n’a été recensé jusqu’à présent. Dans la mesure où un cas suspect est répertorié, une expertise est lancée, comme la dernière fois à Fianarantsoa », explique le DEPV, Docteur Rivomalala Rakotonavalona. Pour l’instant, le nom du prochain vaccin n’est pas encore déterminé. Il pourrait s’agir du vaccin chinois de Sinopharm. La chaîne de froid adaptée à sa conservation compte parmi les conditions requises pour la sélection du vaccin à venir. Le comité scientifique malgache ne s’est pas encore prononcé sur la question. Selon une source, la prochaine réunion de ce comité va déterminer le vaccin qui devrait être utilisé par Madagascar.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter