A la une Actualités Faits divers

Crash du MH370 – Un Américain fait des trouvailles à Sainte Marie

Les recherches du Boeing 777 de Malaysien Airlines continuent à Madagascar. Un Américain vient de trouver des fragments dans le Nord, avec l’équipe de France 2.

Madagascar est sous le feu des actualités, deux ans après le crash, dans l’océan Indien, du vol MH370 de la compagnie Malaysien Airlines. Dans la matinée du lundi
6 juin, Blaine Alan Gibson, un homme d’affaires américain, a retrouvé, sur la plage de l’île Boraha (Sainte Marie), trois fragments susceptibles de provenir de l’épave du Boeing 777 de la compagnie, qui s’est abîmé en mer, le
8 mars 2014 avec deux cent trente-neuf passagers à son bord.
Blaine Alan Gibson était accompagné d’une équipe de tournage de l’émission «Complément d’enquête» de France 2, lorsqu’il a fait sa trouvaille sur la plage déserte de Sahasifotra. Les débris en question ont été récupérés parmi une multitude
d’objets échoués sur l’île.
En mi-février, ce même Américain a mis la main sur un autre fragment, en effectuant des recherches sur les côtes Mozambicaines. Selon un article publié hier, sur le site web de Francetvinfo, celui-ci a été authentifié «avec quasi certitude», comme
provenant du MH370, par les enquêteurs australiens chargés des recherches de l’appareil.
Intérêt
Parmi les débris échoués à Madagascar figurent une plaque faite de matériaux composites, de 77 cm de long et de 50 cm de large. Celle-ci pourrait faire partie d’une même structure que le fragment récupéré en Mozam­bique d’après l’américain. «Ces deux débris sont très semblables. Même couleur, le diamètre de trous de fixation est identique et au dos, la texture est la même. Je crois qu’il s’agit d’un morceau du MH370», a indiqué Blaine Alan Gibson à France 2.
Déterminer la partie du Boeing où ces morceaux auraient pu se détacher est, en revanche, une autre paire de manche.
Un panneau plus petit, portant l’inscription «FB», ainsi qu’un plastique de forme rectangulaire, récupéré lors de la dernière trouvaille, pourraient être, en revanche, un élément de siège de la classe économique où peut se loger un écran vidéo. Francetvinfo
souligne que l’Australien Transport Safety Bureau (ATSB), saisi de la recherche de l’épave, a affirmé être intéressé par ces nouveaux débris. Une authentification des trois fragments fraîchement découverts porterait à 12 le nombre d’éléments retrouvés dans l’océan Indien.
Seth Andriamarohasina