Accueil » Faits divers » Diffamation publique – Lynchage sur Facebook
Faits divers

Diffamation publique – Lynchage sur Facebook

Faniry Moïse Randrianjatovo subit de plein fouet les conséquences de l’avis de recherche.

Faniry Moïse Randrian­jatovo, un jeune opérateur économique, serait victime d’une diffamation publique suite à un avis de recherche publié sur facebook par la police, le 29 avril.

Selon l’avis, il est recherché par la police d’Antsirabe pour escroquerie, faux et usage de faux dans l’élaboration d’un papier de voiture. « Mon avocat a rapidement contacté le directeur de la police du Vakinankaratra pour lui expliquer que la diffusion de cet avis n’est pas du tout conforme aux procédures. D’après ce que je sache, on devrait d’abord m’envoyer une convocation et c’est seulement après trois envois sans retour que la police procéderait à l’avis de recherche. Or, je n’en ai reçu que le 4 mai», explique Faniry Moïse Randriajatovo, en fin de semaine dernière.

Achat d’une Range Rover

« La police a retiré de sa page l’avis après une quarantaine de minutes, mais plusieurs personnes l’ont déjà partagé et republié. J’ai subi de plein fouet un lynchage sur facebook », ajoute-t-il.

Tout est parti de l’achat d’une Range Rover en 2019 par l’opérateur. Après paiement et élaboration de l’acte de vente légalisé à blanc, Faniry a revendu le 4×4 à un Français à Antsirabe qui a accompli une mutation. Plus tard, on lui a envoyé une sommation de payer cent trente-sept millions d’ariary. Une personne ayant la procuration du tout premier vendeur a retiré de force le véhicule au Français. Celui-ci a porté l’affaire en justice pour laquelle il a eu gain de cause en première instance et en appel. Pourtant, la voiture ne lui a jamais été rendue.

Après avoir avisé l’ambassade de France, le Français et le jeune opérateur ont déposé plainte auprès du Pôle anti-corruption pour escroquerie en complicité, puis diffamation publique.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter