Océan indien

Maurice-Jeux des Îles – La rentabilisation des infrastructures en question

Extrait du rapport de faisabilité, montrant que les dépenses liées à la maintenance constituent 7 % du coût total du projet.

Un flou apparaît dans la rentabilisation des infrastructures après les JIOI. Ainsi, des questions se posent quant aux coûts d’entretien et de maintenance du complexe de Côte-d’Or.

Les coûts ne cessent d’augmenter. Pourtant, une fois les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) terminés, le complexe sportif de Côte d’Or et les autres infrastructures sportives pourront-ils être rentabilisés ? Le ministre de la Fonction publique, qui assure l’intérim au ministère de la Jeunesse et des sports, n’a pu répondre, hier, lors de la Private Notice Question (PNQ). Celle-ci était axée sur les frais liés à l’organisation des JIOI. Notamment, sur la construction du complexe sportif de Côte-d’Or.

D’abord, dans sa réponse, Eddy Boissézon, qui remplace Stephan Toussaint, actuellement en mission aux Seychelles, a souligné que le complexe sportif devrait coûter Rs 4,7 milliards (407 milliards). De cette somme, Rs 1 milliard (100 milliards d’ariary) seront allouées à la réalisation d’un centre aquatique, Rs 738 millions (73,8 milliards d’ariary) à une salle de gym, Rs 1,9 milliard (190 milliards d’ariary) à un terrain de foot et Rs 922 millions ( 92,2 milliards d’ariary) à des dépenses telles que les «consultancy fees».

Le projet devait initialement coûter Rs 3,9 milliards (390 milliards d’ariary); montant revu à la hausse à la suite d’un rapport géotechnique.

Instabilité du sol
Les travaux ont nécessité une enveloppe additionnelle de Rs 765 millions (76,5 milliards d’ariary), étant donné la nature instable de la terre à cet endroit. Par ailleurs, la Chine devrait financer ce projet, à travers un prêt, à hauteur de Rs 1,9 milliard (190 milliards d’ariary, dans le cadre d’un accord bilatéral entre les deux États.

Quant aux dix huit autres infrastructures sportives en rénovation, le ministre Boissézon a indiqué qu’une somme de Rs 732 millions (73,2 milliards d’ariary) y a été allouée. Et Rs 417,5 millions (41, 750 milliards d’ariary) ont été ï pour l’organisation des jeux, le logement des athlètes et les frais de transport, entre autres.
Le leader de l’opposition est revenu à la charge, insistant sur les travaux additionnels qui ont fait augmenter les coûts. «N’y a-t-il pas eu d’étude géologique avant la construction, quand on sait que la terre n’est pas stable à Côte-d’Or ?» s’est enquis Xavier-Luc Duval. À cela, le ministre a répondu que la réponse a été donnée au leader de l’opposition lors de la PNQ le 22 juin dernier, c’est-à-dire que les travaux ont été entrepris dans
l’urgence.

Xavier-Luc Duval a aussi voulu savoir si le gouvernement a pris en considération les coûts d’entretien et de maintenance du complexe sportif. Comme mentionné dans un rapport de faisabilité rédigé par Landscope Mauritius Ltd, en collaboration avec le Groupe Thétis et Sprint Conseil, et dont l’express détient une copie, les dépenses liées à la maintenance constituent autour de 7 % du coût total du projet. En d’autres mots, il faudrait prévoir environ Rs 329 millions (32,9 milliards).

© lexpress.mu

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter