Accueil » Editorial » Dernière valse
Editorial

Dernière valse

Un nouveau remaniement. Un de trop ou une opportunité providentielle? Le président de la République et le premier ministre vont donc faire le ménage après une série de scandales qui a plus que terni l’image du gouvernement. Cette fois il s’agit d’un remaniement crucial, certainement le dernier avant l’élection présidentielle de 2023. Autrement dit c’est avec le nouveau gouvernement que le président de la République abordera la quête d’un second mandat. Il a donc deux choix devant lui. Soit il compose un gouvernement à forte coloration politique qui va le soutenir de manière inconditionnelle pour atteindre cet objectif, soit il choisit des technocrates patriotes convaincus des velirano et du plan émergence Madagascar.

Le premier choix impliquera que les priorités de la population pourraient être délaissées au profit d’autres préoccupations politiques, l’objectif est de maîtriser les rouages de l’élection pour pouvoir l’emporter par tous les moyens. pour remplacer le ministre des Transports Tinoka Roberto Raharoarilala, ancien député de Toliara, il est plus important de trouver quelqu’un qui a le même poids politique dans sa région que d’une meilleure compétence dans son département. À un an de la présidentielle, on ne se sépare pas d’une personnalité de sa trempe sans risque. L’éviction de Tinoka Roberto Raharoarilala, qui n’aurait plus assisté au conseil des ministres hier, créera une secousse tellurique au sein de la majorité.

Marier le côté politique à la compétence technique, c’est la gymnastique à laquelle le président de la République et le premier ministre devraient s’astreindre durant quelques jours.

Le second choix permettra au président de la République de mener à terme son programme de développement et pour lequel il sera jugé par l’électorat. pour le moment le bilan de son mandat après trois ans est mi-figue mi-raisin. Des infrastructures ont été construites, des efforts ont été accomplis dans l’éducation, dans la consommation, dans la santé mais la pauvreté reste tenace, le kere fait toujours des ravages, l’insécurité s’aggrave de jour en jour, les routes sont dans un état désastreux malgré des efforts… . La pandémie du coronavirus et les cyclones sont venus compliquer la situation.

Il faut comprendre que la population demande d’abord la satisfaction de ses besoins basiques et élémentaires avant de se soucier du côté matériel.

La mission du nouveau gouvernement est donc claire et pas sorcier. Il faut trouver maintenant des hommes et des femmes qu’il faut à la place qu’il faut pour gagner le challenge en sachant très bien qu’il pourrait s’agir de la dernière valse. Autant ne pas la laisser passer.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Bizarre comme analyse ….
    Car il existe une mesure du poids politique d’un incompétent et escroc ?

    On voit bien que l’honnêteté n’est pas un critère déterminant avec ce régime, et le fait qu’il ait un diplôme volé et falsifié ne vous a même pas dérangé!

    Et vous parlez sans embarras de ces gens-là qui cherchent à prolonger leur mandat comme si ce pays n’est composé que d’ignares et d’incultes !!