Accueil » Opinions » Élections : droit dans le mur ?
Opinions Texto de Ravel

Élections : droit dans le mur ?

Les dés sont jetés…bien avant l’heure. Pendant que beaucoup étaient encore en train de préparer la course, choisir les tenues à mettre, les couleurs des maillots, les sponsors ; certains ont déjà fait un, deux, trois tours de piste. Le plus « hilarant » est que celui qui détient le prompteur de départ semble être, lui aussi, à côté de la plaque. Les faits semblent dire que la plupart des acteurs des élections ont été bluffés. On savait tous que cela allait se jouer très vite, très serré mais pas à ce point.
Quoiqu’on puisse dire, penser, masquer, les campagnes ont bel et bien commencé. Pas pour tous, bien sûr, mais pour ceux qui ont les moyens financièrs et les pions en leur possession. Les tournées se poursuivent et les démonstrations de force font tapage. Mais que disent les arbitres ? La société civile semble, malheureusement, muette ou à une toute petite voix inaudible. La CENI, quant à elle, est tout à fait spectatrice aveugle et sourde face à ce théâtre de démonstration de force, ces inaugurations en série, ces attroupements déguisés, ces encarts payés dans le journal. Elle ne voit nullement que les médias étatiques ne parlent que le langage de son « maitre ». Un ami de passage à Madagascar a lâché une phrase choquante mais réaliste de la situation de ce qui se passe : « en me faisant violence pour regarder les émissions de la télévision nationale, j’ai eu l’impression d’être en Corée du Nord ».
De mauvais présages sont là, dirait un vieux devin. Mais finalement, il ne faut pas être vieux, ni devin pour voir que nous allons droit dans un mur. Sceptique, pessimiste ? Oui, on peut l’être. Mais le vrai qualificatif serait plus : réaliste. Les choses s’annoncent corsées au niveau de l’Assemblée Nationale, et sur le terrain, les entorses et coups bas se multiplient. Les moutons rameutent à l’appel des loups et la masse danse à l’annonce de sa propre mise à mort. Une crise est en vue, tout le monde dit ne pas en vouloir et veut l’éviter à tout prix. Mais, on laisse faire.
Faut-il rappeler à la CENI que le cycle électoral, sur lequel elle a la sainte charge de veiller, commence par la période pré-électorale ? Pourquoi, face à tout ce brouhaha, elle est muette ? Un rappel des règles, des mesures et des balises sont nécessaires maintenant. Si cette structure ne bouge pas au cours de la semaine à venir, le citoyen aura le droit et même le devoir de se poser des questions. Est-elle vraiment neutre, cette commission ? Le temps
est venu de dire les choses. Que chacun prenne ses responsabilités en entier et en faveur de la Nation et de
la population Malagasy.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter