Actualités Social

Études internationales – La langue anglaise incon­tournable

La langue anglaise constitue une porte d’accès aux études internationales. C’est l’une des conditions requises selon Lahatra Andria­mahatsangy, responsable auprès de Madajeune lors de la huitième édition du Salon des études internationales, qui s’est déroulée au Carlton Anosy, hier. Les divers choix qui s’ouvrent pour Madagascar sont anglophones.
Après les États-Unis et la France, l’Angleterre ouvre ses portes également à travers le chevening school. « Après avoir reçu le diplôme de licence et avec une expérience de travail de deux ans, les étudiants peuvent s’inscrire sur le site de chevenery. Puis après une présélection, ces jeunes  feront des tests d’anglais “Leits”. L’admission au “Leits” signifie une grande opportunité pour devenir un boursier auprès de chevenery. C’est l’ambassade britannique qui s’occupe du visa. Toutes les dépenses  afférents aux études en Angleterre (hébergement, nourriture, frais de transports), sont couverts par la bourse de chaque mois », souligne Rio Heri­niaina, un cheveners.

Par correspondance
À l’issue du projet panafrican e-network d’Imailaka University, les jeunes n’ont plus besoin de se déplacer en Inde pour décrocher des diplômes reconnus internationalement comme le Master in business administration (MBA) ou le Post graduate in information technology (PGIT).
Les cours en anglais par visioconférences demandent beaucoup de concentration et de nombreux étudiants malgaches n’arrivent pas au terme de leurs formations. « 20% de nos étudiants abandonnent les études car ils n’arrivent pas à suivre les visioconférences en anglais », affirme Bigjee Amir, coordinateur d’Imailaka University. Le Salon des études internationales se terminera, ce jour.

Mamisoa Antonia

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter