A la une Faits divers

Ambositra – Braquage à 150 m du commissariat de police

Au  moins  quatre  coups  de  feu  ont  été  entendus dans  ce  quartier.

Un vol à main armée a été commis à cent cinquante mètres du commissariat d’Ambositra, samedi. Les policiers s’y sont précipités trente minutes après le départ des braqueurs.

Crime. Une horde de bandits armés a attaqué une famille propriétaire d’une boutique Airtel, à Ampivarotanomby, à peine cent cinquante mètres du commissariat de la sécurité publique d’Ambositra, samedi à 23h30. Les policiers sont tardivement arrivés sur place, trente minutes après que les malfaiteurs sont repartis avec leur butin.

« Les deux députés de la ville sont venus rendre visite aux victimes au centre hospitalier de référence régionale (CHRR), tout comme ceux qui sont prêts à donner du sang O+ dont on a urgemment besoin.  Ces élus ont été fermes dans leur parole concernant le renforcement de la sécurité, parce que ce braquage a été perpétré non loin du bureau de la police et surtout bordant la RN7. Pourtant, aucun des brigands n’a été retrouvé », rapporte une source locale.

« D’ailleurs, au moins quatre coups de feu ont retenti la nuit. Ces malfaiteurs ont largement eu le temps de profiter », ajoute-t-elle.

« Nous sommes encore en train d’enquêter. Nous ne pouvons pas vous donner d’information qu’après avoir terminé l’enquête », énonce un responsable du commissariat au téléphone ne voulant rien ébruiter sur cette affaire.

Secours

Le préjudice n’a pu encore être estimé puisque les victimes se trouvent toujours sur leur lit d’hôpital.

Les assaillants n’auraient pas été cagoulés, si l’on s’en tient aux explications de l’entourage rapportées par un confrère. Cette nuit-là, ils sont parvenus à monter au deuxième étage de la boutique où dormait leur cible. Ils ont préalablement éteint le disjoncteur de la maison.

Sitôt à l’intérieur, ils ont ouvert le feu, blessant la mère de famille dont le mari a également été asséné de coups de barre à pince et poignardé. Tous les deux ont subi une intervention chirurgicale. Leurs enfants n’ont pourtant pas été touchés par les malfrats. C’était leur famille élargie qui leur ont porté secours en les amenant à l’hôpital.

En possession du butin, les criminels ont quitté les lieux et ont encore attaqué d’autres maisons qui se trouvent sur leur passage. L’entourage s’indigne contre la passivité de la police locale qui n’est arrivée que plusieurs minutes après le hold-up. A suivre.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter