Accueil » A la une » Infanticide – Un nourrisson enterré dans le sable
A la une Faits divers

Infanticide – Un nourrisson enterré dans le sable

L’infanticide constaté sur la berge du fleuve suscite l’émoi à Mandritsara.

Après avoir été tué, une petite fille de cinq mois a été enterrée dans le sable sur la berge d’un fleuve. Ses parents restent introuvables.

Un fait-divers qui défraie la chronique à Mandri­tsara. Un infanticide a été porté au grand jour avant-hier dans cette agglomération du Nord-Ouest. Le corps inerte d’un nourrisson d’environ cinq mois a été découvert. La dépouille était enterrée sous le sable sur la berge du fleuve Mangarahara. De visu, le corps y a été dissimulé pendant un ou deux jours au plus. Il était en voie de décomposition lors de la découverte macabre. Aucune blessure apparente n’a été relevée sur la dépouille.

En revanche, des traces inquiétantes susceptibles d’être des hématomes ou encore des marques de strangulations étaient encore visibles. Selon le constat, il ne peut s’agir d’un fœtus. C’est un bébé normalement constitué qui a déjà été élevé pendant des mois. D’ailleurs, le nourrisson n’avait plus de cordon ombilical. En examinant la dépouille, les personnes qui l’ont retrouvée ont relevé que l’enfant est de sexe féminin. De visu, les parents du bébé semblent avoir les moyens de prendre soin de celui-ci.

Tué ailleurs

D’ailleurs, le nourrisson était bien vêtu lorsque son corps a été retrouvé dans le sable. L’état des vêtements que le bébé portait encore laisse croire qu’on avait pris soin de lui.

L’infanticide a été mis à nu samedi aux alentours de 13 heures. En allant sécher leur linge, des femmes qui faisaient la lessive sur la rive du fleuve Mangarahara ont relevé quelque chose de suspect, enfoui dans le sable. La découverte a suscité la curiosité des personnes présentes sur le lieux qui, d’emblée, se sont attroupées sur la berge pour faire des vérifications. Pour être fixés, les badauds ont creusé le sable et ont déterré le corps.

C’est à ce moment qu’il ont réalisé qu’il s’agissait de la dépouille d’un nourrisson. Selon la thèse avancée, le bébé a été tué ailleurs avant que son corps ne soit dissimulé dans le sable. Là où les personnes qui se trouvent derrière cet acte odieux auraient très certainement opéré la nuit pour plus de discrétion. En effet, la berge du fleuve Mangarahara est déserte la nuit. Au matin, des riverains y étaient venus pour se baigner mais ils n’ont relevé aucun fait suspect.

Auprès des forces de défense et de sécurité auprès de la ville de Mandritsara, aucune déclaration de disparition d’enfant n’a été enregistrée ni avant ni après la découverte macabre. Les parents du nourrisson demeurent jusque-là, introuvables.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter