A la une Culture

Septième art – Le cinéma malgache, en quête d’évolution

Gérard Razafindrakoto était l’initiateur de Horizon Production, l’une des maisons de production nationale des plus actives à l’heure actuelle.

Tout au long de la dernière décennie, le cinéma a essayé tant bien que mal à mettre à flot sa petite « industrie ». Car entre 2010 et 2019, il a souffert pas mal, alors que durant la décennie précédente, il a atteint une certaine apogée. Néanmoins, nous nous sommes toujours laissé surprendre par l’émergence de nouveaux talents qui tentent de rehausser la valeur du cinéma. On découvre alors des réalisateurs et producteurs de tous horizons et de toutes les générations qui persévèrent pour faire progresser leur art. Dans le lot, certains se sont démarqués plus par leur audace que par la qualité de leur œuvre, mais qui ont néanmoins le mérite de ravir les cinéphiles nationaux.

On notera, entre autres, le diptyque intitulé « Jork » sortie respectivement en 2017 et 2018. De même les productions de Scoop Digital, qui s’est fait assez discret ces dernières années. On lui doit en particulier la série des « Misionera » sortie en 2019, mais aussi « Adisanina » en 2015 et, évidemment, les suites quasi épisodiques de « Malok’ila ». On retrouve aussi dans le lot Horizons Productions qui, à l’instar de la concurrence, s’est aussi lancé dans les films épisodiques. Entre autres, « Hody aho » en 2013, mais aussi « Lakan-Jejo » en 2016 et la série des « Vola ». En somme, on en a vu des vertes et des pas mûres, mais le cinéma malgache continue à survivre et on lui souhaite de prospérer pour la prochaine décennie.