A la une Social

Revendication de primes – La grève des enseignants prend de l’ampleur

Les enseignants exigent de recevoir leurs primes en totalité, comme les autres fonctionnaires.

Les enseignants persistent et signent. Ils revendiquent le traitement égalitaire de tous les agents de l’État.

Les cours se terminent avant l’heure au collège d’enseignement général (CEG) à Ampefiloha, hier matin. Ses enseignants grossissent le rang des grévistes du Lycée moderne Ampefiloha (LMA). Plusieurs se sont joints à eux, comme ceux du lycée Jules Ferry Faravohitra, du lycée Nanisana, du lycée Gallieni Andohalo, ou encore ceux du lycée Talatamaty, où les cours sont suspendus. Ils revendiquent les primes de fin d’année d’un montant de 65 000 ariary. «Nous contestons l’exclusion des enseignants. Nous sommes des fonctionnaires comme les médecins des centres de santé de base les plus reculés, ainsi que les militaires. Pourquoi ils ont bénéficié de cet avantage, mais pas nous ? Ne sommes-nous pas des agents de l’Etat ? Ne sommes-nous pas dignes de recevoir ces primes?», demandent les grévistes venus nombreux à Ampefiloha, hier.

Les agents des établissements scolaires contestent le traitement inégal des fonctionnaires. Ils ne toucheront que 14% de ce que les autres ont bénéficié. Ailleurs, les enseignants n’ont eu que 2 500 ariary. Ils prolongent leur grève, jusqu’à lundi. «Nous déciderons de la suite de nos manifestations, lundi, lors d’une assemblée générale », indique un enseignant du LMA où les cours sont suspendus depuis mardi.

Encourager les agents
Les enquêtes pour suspicion de malversation sont déjà ouvertes au sein du ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (DREETFP). « Nous demandons à ce que les résultats de ces enquêtes soient communiquées au grand public, qu’il y ait eu ou pas de détournement », demande Marie Thérèse Volahaingo, ministre de l’Education nationale à l’Inspection générale de l’État. Elle explique qu’au départ, ces primes ont été destinées pour les agents du ministère central. « Nous avons obtenu des primes pour trente sept mille agents. Pour encourager tous les agents du ministère, nous avons fait en sorte que tous, y compris les enseignants non fonctionnaires, en bénéficient. C’est pour cela qu’il y a eu cette différence », justifie-t-elle.

Le Gouvernement affirme dans un communiqué, le 7 janvier, que des paniers garnis, d’un montant de 65 000 ariary, sont destinés à tous les agents de chaque ministère, dans le cadre de la fête de fin d’année.

Le directeur régional de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (DRENETFP) de la région Atsimo Atsinanana a été limogé au conseil des ministres, le 8 janvier. Il y a quelques jours, on signale la disparition d’une centaine de millions d’ariary, le coût total des primes pour les agents du DRENETFP Atsimo Atsinanana.