A la une Economie

Entrepreneuriat – L’alternative poulet de chair

Signature de la convention entre Lucien Ranarivelo et Valérie Zafindravaka.

Une signature de convention entre le programme Fihariana et le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche s’est tenue hier dans le cadre du projet Akoho Nakà.

Poulet de chair encore trop cher. Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche Lucien Ranarivelo a indiqué que le projet Akoho Nakà entre dans le cadre de la lutte pour l’autosuffisance alimentaire et contre la malnutrition à Madagascar. « Il n’est pas question que de riz. La malnutrition est une réalité à Madagascar », a lancé le ministre en indiquant que le poulet de chair est une source de protéine à exploiter dans le pays. D’après lui, Madagascar est loin des standards internationaux et régionaux quant à la consommation de poulet de chair avec seulement à 2,5 kg par an, par personne contre 38 kg sur l’île Maurice selon Lexpress.mu entre autres.

Cette situation représente une opportunité d’affaires pour les entrepreneurs surtout les jeunes selon le ministre. « Le marché est là. Nous voulons augmenter le nombre de producteurs dans le pays », a-t-il souligné en marge de la signature d’une convention avec le programme Fihariana, représenté par sa secrétaire exécutive Valérie Zafindravaka.

Plus grandes exploitations
Cette dernière d’indiquer que l’objectif du programme est d’atteindre cinq cent entrepreneurs avicoles. Les bénéficiaires auront droit à un pack qui comprend notamment un encadrement et l’octroi de poussins. « Soixante douze personnes ont déjà été sélectionnées qui produiront leurs premiers poulets dans les prochains jours pour un total de 144 000 têtes», a-t-elle précisé. Le ministre d’ajouter que les candidats au projet auront le choix entre un business plan type variant de 500 têtes à 2 000 têtes et plus en soulignant des exploitations modernes suivant des normes précises.

Le poulet de chair coûte encore relativement cher à Madagascar avec un prix oscillant aux alentours des 12 000 ariary le kilo. Bien qu’il soit moins cher que les autres viandes de grande consommation, la différence n’est pas encore assez importante pour en faire une réelle alternative en termes d’apport en protéine. Selon l’avis d’un responsable d’une grande entreprise avicole, il n’est pas normal que le prix du kilo du poulet de chair soit proche de celui du zébu ou du porc. Interrogé sur une éventuelle baisse de prix du kilo une fois le projet Akoho Nakà lancé à plein régime, Lucien Ranarivelo a indiqué que le ministère ne s’est pas encore penché sur cette question. Cela ramène à l’inquiétude des professionnels de l’élevage quant à l’impact de la retaxation à la TVA du maïs sur le prix des produits d’élevage dont le poulet. Reste à savoir si les économies d’échelle réalisées par l’augmentation des exploitations permettront de réduire les coûts.

6 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • le Projet poulet nakà donne une grande opportunité pour tous. Elle nous aide à lutter contre la malnutrition et aussi d’entrer dans le domaine d’entrepreneuriat.Les poulets de chairs apporte plus de protéines alors il faut les exploiter. c’est une grande chance pour les éleveurs d’avoir eu l’occasion de participer a poulet nakà…moi je dit qu’ils faut les exploiter

  • merci pour vos grands efforts et surtout pour trouver des solutions pour que tous les malaisiens puissent s’épanouir et se retrouver sans pénurie alimentaire.

  • Tous les jeunes espèrent bénéficier d’un programme national d’entrepreneuriat, qui encourage les jeunes à prendre soin d’eux-mêmes, à avoir une belle carrière et à bénéficier à ceux qui aiment la formation des poulets, ainsi que de prospérer dans leurs projets, ceux à qui s’intéréssent a la vie de l’élévage et agricole!
    Meme le projet akoho nakà pourra diminuer le taux de chomage et puisse donner de nouveau impact a la vie quotidienne de chacuns des entrepreneurs!

  • Il est temps d’entrer dans les domaines professionnels sur le plan du marché que ce soit national ou international. La qualité de la production tient un rôle très important et devra suivre les normes. De ce fait le projet présidentiel Fihariana , nous sera un appuis avec la convention de la MAEP.

  • Le projet Fihariana , ne cesse de s’élargir dans tous les domaines, nous pourrions semer le fruit de l’implication des responsables de ce projet grâce aux développement de Madagascar sous peu. C’est un projet tant attendue et cela devra être mise en place depuis et depuis. Merci au président Andry Rajoelina .

  • Il existe de nombreux projets dans le domaine de l’élevage de volailles, c’est une excellente initiative pour les bénéficiaires du projet d’approfondir l’étude sur l’akoho nakà , certainement qu’ils octroieront pas des inconvénients mais surtout de l’avantages , ça généreront des bénéfices de long terme et de période indéterminé pour eux!