Accueil » Social » SANTÉ INFANTILE – Trois maladies causent le plus de décès pour les moins de 5 ans
Social

SANTÉ INFANTILE – Trois maladies causent le plus de décès pour les moins de 5 ans

Sapho Briand, directrice des opérations et représentante de Developement Media International (DMI).

Le paludisme, la diarrhée ainsi que la pneumonie ont été révélés comme les maladies les plus mortelles pour les enfants entre 0 à 5 ans.

Trois mala­dies ont été détectées comme les plus mortelles pour les enfants de moins de cinq ans dans le pays. C’est ce qui a été relevé durant le lancement du projet « Zaza Salama », à l’Hôtel Radisson Blu Ambodivona.

Selon ce qui a été communiqué durant l’évènement, le taux de morta­lité chez les moins de 5 ans est de 51 pour mille naissances vivantes, contre une moyenne mondiale de 37. « Nos recherches nous ont permis d’identifier les maladies les plus mortelles chez les enfants de 0 à 5 ans. Il s’agit du paludisme, de la diarrhée et de la pneumonie », indique Sapho Briand, directrice des opéra­tions et représentante de Developement Media International (DMI). Selon les recherches menées, les infections respiratoires comme la pneumonie représentent 15% de l’ensemble des cas de mortalité infantile chez les moins de 5 ans à Madagascar. Alors que le taux de recours aux soins pour les enfants de moins de 5 ans présentant des infections respiratoires aiguës (IRA) n’est que de 40%, ce qui con­firme que davantage pourrait être fait pour avertir les soignants des signes d’IRA. La diarrhée, quant à elle entraîne 11% des cas de mortalité infantile. Selon les recherches menées, seuls quelques pourcentages des enfants malades reçoivent les soins adéquats. Il est noté que 19% des enfants de moins de cinq ans atteints de la diarrhée reçoivent des solutions de réhydratation orale contre une moyenne mondiale de 46% et une moyenne de 36% en Afrique Subsaharienne.

Un besoin non satisfait en matière de traitement de diarrhée est donc soulevé. Pour le cas du paludisme, il représente un pourcentage de 5% supplémentaire en matière de taux de mortalité. Pour la prévention, 62% des enfants de moins de 5 ans dorment sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide. Les infections paludéennes pourraient être évitées si davantage d’enfants bénéficiaient des mesures préventives.

Spots radiophoniques

Pour assurer le renforcement de la prévention, le projet se penche sur des campagnes de communication pour les changements de comportements qui s’appuient sur des stratégies et des dispositifs efficaces. Ces recherches s’appuient sur des données quantitatives et qualitatives. Les travaux de recherches préliminaires ont été conduits auprès de trois communautés représentatives des milieux urbains et ruraux de Madagascar, dont le district Antsirabe I, Betafo et Tuléar II. « Dans le cadre de ce projet nous allons mener des changements de comportement. Des recherches seront effectuées radiophoniques seront pré-testés et seront diffusés par trente-cinq stations nationales et régionales. En octobre une recherche qualitative et quantitative a été menée », indique Sapho Briand. L’objectif est d’améliorer la survie infantile chez les enfants de zéro à 5 ans, au travers d’une campagne radiophonique sur la prévention des maladies les plus mortelles et de la promo­tion de la recherche de soins dès l’apparition des premiers symptômes. Il s’agit également de réduire la mortalité infantile à Madagascar.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter