Accueil » Culture » CCESCA Antaanimena – « Etsy ho tadidiana » en hommage à Dadah Rabel émeut
Culture

CCESCA Antaanimena – « Etsy ho tadidiana » en hommage à Dadah Rabel émeut

L'hommage  à  Dadah  Rabel  a  surtout  fédéré  ses  proches sur  la  scène  du  CCESCA  Antanimena.

Ce week-end, les inconditionnels du groupe Mahaleo de tous âges et de tous horizons ont largement été réjouis de part et d’autre de la capitale. Si la fête a largement battu son plein du côté d’Antsahamanitra dimanche après-midi pour les grandes retrouvailles entre Dama, Bekoto et le public, la commémoration de la disparition de l’illustre Dadah Rabel au CCESCA Antanimena a surtout privilégié les émotions de chacun un jour auparavant. Samedi après-midi donc, rendez-vous était donné pour ce vibrant hommage à ce grand romantique du groupe Mahaleo, ce poète invétéré qui a surtout conquis le cœur des fans à travers ses douces ballades. À l’affiche, Bodo et Rija Ramanantoanina, ainsi que Mia et Steph Rambi se relayent sur la scène pour reprendre chacun à leur manière les plus grandes compositions de Dadah Rabel.

Décidément inséparables tout au long de ce week-end, Dama et Bekoto ont eux aussi ému le public par leur présence. De « Tsy misy ny doria » à « Embona » en passant par « Ny tena fitia », le public présent se remémore ensemble de ces moments passés à se laisser envoûter par les mots de Dadah Rabel. La participation de quelques membres et proches de la famille au concert ravive aussi cet esprit de convivialité qui a égayé cet hommage. Dans le public, on regrette cependant l’absence sur scène de quelques proches collaborateurs de Dadah Rabel de son vivant, qui n’ont pas été conviés à cet événement. La famille de rassurer sur les réseaux sociaux que d’autres rendez-vous sont à venir.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter