Régions

Antsiranana – Le Japon ne veut pas perdre le Nord

Le Japon continue à améliorer les conditions sociales de la population du Nord, surtout en matière de santé publique.

Les réalisations se suivent, mais ne se ressemblent pas. Après l’achèvement des travaux de construction d’un nouveau pavillon avec trois salles de soins, au Centre hospitalier universitaire de la Place Kabary, dédiées au Service des consultations externes, le domaine de la santé bénéficie, encore une fois, de l’aide du Japon.
Un autre projet est mis sur les rails. Après plus d’un siècle d’existence et d’activités, l’Hopitaly Be ouvre, actuellement, une nouvelle page de son histoire. Pour concrétiser ce nouveau projet, une convention portant sur le bitumage de la voie à l’intérieur de l’établissement, a été établie entre Madagascar et le Japon.

Cette fois, la signature du contrat de don d’une valeur de 64 212 euros (262 millions ariary) entre l’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara, et la Pr Domoina Randriambololona, directeur du CHU, s’est déroulée dans la capitale du Nord, plus précisément dans la grande salle de l’Hôtel de la Poste. Ce, en présence du secrétaire général du ministère de tutelle et des hautes personnalités locales.

Cette contribution s’inscrit dans le cadre du programme de coopération japonaise, intitulé « Aide sous forme de dons aux microprojets locaux contribuant à la sécurité humaine ».

« Si le bâtiment est réhabilité, des travaux de bitumage de la voie pour y accéder vont aider énormément les usagers en facilitant leur déplacement, et participeront énormément à l’amélioration de leur prise en charge », affirme l’ambassadeur.

Selon les informations fournies par l’ambassade japonaise, la convention témoigne, encore une fois,  de la vitalité de la coopération bilatérale entre les deux pays. Celle-ci a déjà enregistré de nombreuses réalisations, surtout dans cette partie septentrionale de la Grande île, et plus particulièrement dans le CHU de la Place Kabary, qui abrite dans son enceinte la stèle commémorative.

Stèle commémorative

De fait, le choix du CHU de la Place Kabary n’est pas anodin. Une histoire émouvante se cache derrière. En 1942, durant la IIe Guerre mondiale, quatre sous-mariniers japonais ont succombé en mer à Diego-Suarez. Une stèle commémorative a été érigée en leur honneur.

Touché par cette reconnaissance, le gouvernement japonais a ainsi décidé d’étendre et d’améliorer les infrastructures de l’établissement, d’autant plus que, comme objectif, la santé représente un pôle important de la coopération nippo-malgache. Créé en 1901, l’hôpital de la Place Kabary fête cette année ses 118 ans.
Une seule stèle a été construite il y a vingt ans, pour apaiser l’âme des quatre soldats japonais tombés pendant la deuxième guerre mondiale, à la suite d’un affrontement avec les soldats britanniques dans la  baie de Diego. Cette stèle est  maintenue en bon état grâce au respect de la population locale.

L’accès à l’endroit sera également facilité après cette réhabilitation, car les travaux du bitumage à 5 300m² de toutes les voies intérieures de l’hôpital, vont de l’entrée de l’hôpital jusqu’au-devant de la porte d’accès à la Pointe du Corail derrière l’hôpital, qui abrite le musée et la stèle japonaise. Et le centre pourra accueillir deux mille patients de plus qu’avant le projet. Une hausse de 40% environ du nombre d’hospitalisations est estimée après ces différents travaux ainsi qu’une hausse d’environ 36% de la fréquentation du service Appareillage et Rééducation.