Accueil » Economie » Gestion des ressources stratégiques – Ouverture d’un bureau à Mananjary
Economie

Gestion des ressources stratégiques – Ouverture d’un bureau à Mananjary

En marge de la cérémonie d’officialisation de la vingt-troisième Région de Vatovavy et d’installation de son (premier) gouverneur, le déplacement de la délégation présidentielle à Mananjary a été riche en inaugurations. Parmi celles ci figure l’ouverture d’un bureau de gestion des ressources minières et stratégiques de la Région.

Le premier du genre, a indiqué le Premier Ministre Christian Ntsay, qui avait assuré pendant un moment l’intérim du ministère des Mines et des ressources stratégiques : « … Cette Région Vatovavy possède beaucoup de richesses minières, mais malheu­reusement elles sont encore mal gérées. Lors d’un déplacement à Fasintsara, j’ai appris que dix kilos d’or sortent clandestinement toutes les semaines de cette commune. Maintenant, avec l’ouverture de ce bureau, je pense que les choses vont s’améliorer. L’exploitation et la commercialisation de ces richesses doivent être régularisées. Un projet de loi à cet effet est déjà en préparation. Et de même, un bureau national de lutte contre les fraudes en matière d’exportation et d’exploitation des richesses stratégiques du pays est déjà opérationnel au niveau de la présidence de la République. Forcément, il y aura une étroite collaboration entre ce bureau et ceux qui seront mis en place dans toutes les autres régions… »

Pour sa part, le président de la République Andry Rajoelina a souligné : « … Dorénavant, et pour éviter les gabegies, nous allons mettre en place tous les dispositifs et mesures nécessaires pour que la gestion de ce secteur soit totalement transparente. De l’or ainsi que des pierres précieuses font l’objet de trafics illicites, mais il est maintenant plus que temps d’y mettre fin ».

Dans ce même sillage et répondant au souhait exprimé par les députés de la Région pour la « légalisation » du commerce de « toaka gasy » (rhum artisanal), le chef de l’État a indiqué : « Nous savons que beaucoup de gens de cette région vivent de la production et du commerce de toaka gasy. Mais cette production devrait être aux normes, c’est-à-dire, être contrôlée par des laboratoires avant sa commercialisation… »

Pour rappel, ce même souhait avait déjà été exprimé par l’ancien député d’Antsohihy, Rémi, dit Djao Jean, rappelé par la suite par l’actuel député d’Ikongo, Brunelle Razafitsiandraofa qui a présenté une proposition de loi à cet effet, et laquelle avait déjà été adoptée par l’Assemblée nationale… mais restée encore en instance au niveau du Sénat.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter