Accueil » Faits divers » Eddy bois de rose – Des geôliers et médecins auditionnés
Faits divers

Eddy bois de rose – Des geôliers et médecins auditionnés

Hospitalisé, Eddy Maminirina était absent au contrôle inopiné d’un juge à l’HJRA. La police l’a mis en garde-à-vue avec deux professeurs et ses gardes pénitentiaires.

Tollé. Des médecins de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) ont manifesté hier, pour réclamer la libération de leurs collègues placés en garde-à-vue par la police depuis mercredi. Deux professeurs font l’objet d’une enquête avec quatre agents pénitentiaires et le prévenu Eddy Maminirina, alias Eddy Bois de Rose.

Celui-ci, poursuivi pour trafic de bois de rose, se trouve en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy depuis plusieurs mois. Tombé gravement malade, il a bénéficié d’une évacuation sanitaire, suite à laquelle il été hospitalisé à l’HJRA. Il y a quatre jours, un juge s’y est rendu inopinément pour le voir.

Sonnette d’alarme

Pourtant, il n’a trouvé que ses deux accompagnateurs geôliers. Le magistrat a alors prévenu la police qui a emmené les gardes. Puis, le patient s’est présenté. Il était sur le parking, dans la cour de l’hôpital. Eddy et les deux médecins qui lui auraient fourni des soins ont été convoqués. Ils sont toujours dans les locaux de la police nationale. Leur interrogatoire reposerait sur une tentative d’évasion et de complicité. Des sources judiciaires affirment qu’ils n’ont pas encore été présentés au Parquet.

De leur côté, des membres du personnel de l’HJRA ont revendiqué la libération sans condition de leurs collègues. Ils ont organisé un sit-in d’une heure pour tirer la sonnette d’alarme. « Ils n’ont fait que leur tâche en tant que médecin fonctionnaire, surtout face à une réquisition de l’État », ont-ils avancé. « Les médecins n’ont aucun droit de refuser ni une réquisition ni des patients venus à l’hôpital pour leurs besoins de soin. Cependant, il n’est pas de notre travail de surveiller un détenu », ont-ils ajouté.

La police a voulu garder profil bas face à la manifestation et réclamation de l’équipe médicale. Le trafic pour lequel Eddy Bois de Rose a été mis sous les verrous remonte en 2014 et 2015. Il a été frappé d’un mandat d’arrêt par la Chaîne spéciale de lutte contre le trafic de bois de rose et d’ébène. En effet, il est inculpé d’exploitation illicite, de vente et d’exportation de ce bois précieux.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter