Accueil » Social » Antananarivo – Une femme enceinte meurt de la peste
Social

Antananarivo – Une femme enceinte meurt de la peste

Déplacement inquiétant. La propagation de la peste à Ankazobe, à Ambohidra­trimo et dans la ville d’Anta­nanarivo est à craindre. Une femme enceinte atteinte de la peste a voyagé entre Ankazobe et Antananarivo, en séjournant à Ambohidra­trimo, entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre. Elle attrape la peste à Anka­zobe, au mois de septembre et meurt, au centre hospitalier universitaire de gynécologie obstétricale à Befelatànana (CHU GOB), cette semaine, selon une source.

Avant d’arriver dans cette grande maternité, cette jeune femme de 19 ans est passée dans un centre de santé du district sanitaire d’Ambohidra­trimo. Les déplacements non contrôlés de cette patiente présentent un risque de propagation de la peste. Car normalement, une personne atteinte de cette maladie doit être isolée, pour éviter qu’elle transmette la maladie.

En 2017, un homme qui a attrapé la peste à Ankazobe, a apporté la peste jusqu’à Toamasina. Il meurt à Mora­manga, mais ses voisins de siège dans le véhicule reliant Antananarivo et Toamasina, ont déjà attrapé la peste et la transmet à leur tour. L’Orga­nisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré deux-cent décès et deux-mille-cinq-cents cas, suite à une épidémie de peste pulmonaire urbaine, entre août et novembre 2017.

Cette femme enceinte décédée aurait attrapé la maladie dans le fokontany d’Ankazomaranitra, autour du 20 septembre, au moment où un habitant de ce même fokontany succombe à la peste bubonique. « Elle a quitté le village, avant les activités de riposte menées dans ce village. C’est pourquoi, nous n’avons pas pu l’identifier, avant », se justifie une source.

On ignore qui sont entrés en contact avec cette femme, pendant tous ses déplacements, d’Ankazobe à Ambo­hi­dra­trimo et jusque dans la ville d’Antananarivo. Du moins, le CHU GOB, le district sanitaire à Ambohidra­trimo ont pris des mesures pour éviter la propagation de la maladie. « Le Service des Urgences et des Ripostes aux Épidémies et Catastrophes (SURECa) est déjà venu pour désinfecter l’hôpital. Par ailleurs, nous avons procédé aux traitements prophylactiques des personnes qui sont entrées en contact avec la victime », indique une source au sein du CHU GOB. Le port de masque est recommandé, pour se protéger contre une peste pulmonaire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter