Accueil » A la une » Anosibe – Un grossiste abattu devant sa maison
A la une Faits divers

Anosibe – Un grossiste abattu devant sa maison

Le meurtre a été commis en plein jour à Anosibe.

Suivi à la trace par un gang de braqueurs, un commerçant a été abattu alors qu’il allait ramener de l’argent chez lui. Les fonds venaient d’être récupérés au marché d’Anosibe.

Une vague de terreur s’est abattue avant-hier à Anosibe. Un grossiste a été la proie d’une escouade de braqueurs. Frappé de balle en pleine poitrine, le commerçant n’a pas survécu. Le crime a été commis en plein jour. Le défunt est propriétaire d’un magasin de gros au marché d’Anosibe. Dans l’après-midi d’avant-hier, aux alentours de 14h30, il s’y était rendu pour faire un recouvrement lorsqu’il a été la cible des malfaiteurs. De visu, la bande avait déjà bien préparé son coup. Des personnes de l’entourage de la victime estiment que les bandits l’avaient apparemment pris en filature pour ensuite frapper au moment où elle s’y attendait le moins.

Le commerçant allait ramener les fonds chez lui lorsqu’il est tombé dans les griffes des malfaiteurs. Sans qu’il ne se doutait de rien, les braqueurs l’ont suivi à la trace jusqu’à son domicile. En arrivant à sa maison, sise à Anosibe, dans les environs de la place du marché, les voleurs sont entrés en action.

A visage découvert

L’homme pris pour cible était en train d’emprunter un escalier menant dans son foyer lorsque les assaillants ont fait irruption.

D’emblée, l’un des membres de la bande a dégainé un pistolet automatique qu’il a pointé sur le grossiste. Lorsque celui-ci a hésité à obtempérer et essayant d’opposer de la résistance, l’individu armé a aussitôt fait parler la poudre. En ouvrant le feu, il a touché la victime en pleine poitrine. Celle-ci s’est du coup affalée. En un éclair, le gang armé l’a dépouillé de l’argent puis a aussitôt pris le large. Les malfaiteurs se sont évanouis dans la nature en se faufilant à travers les ruelles d’Anosibe en la laissant pour mort près de sa maison. Faute d’avoir été pris en chasse, ils ont disparu, nantis de leur butin. D’emblée, le grossiste a été pour sa part conduit d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona mais il n’y avait plus rien à faire. Il avait déjà rendu l’âme.

Hier, une autopsie devait être pratiquée sur la dépouille mais la grève du personnel médical de l’hôpital d’Ampefiloha a perturbé les procédures. Le défunt est âgé de cinquante-deux ans. Selon les informations recueillies, les bandits opéraient à visage découvert. Leur identification ne serait pas pour le moins chose facile. Les forces de police sont saisies de l’affaire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter