Accueil » A la une » Trafic de bois de rose – Eddy Maminirina restera en prison
A la une Faits divers

Trafic de bois de rose – Eddy Maminirina restera en prison

Eddy Maminirina croupit toujours en prison.

« Eddy Bois de Rose ne sortira pas de prison », a martelé le ministre de la Justice Johnny Richard Andriamahefarivo, hier. Ce détenu est toujours à Tsiafahy.

UNE affaire à rebondissements. Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, était clair dans ses réponses, hier, au sujet de la situation du détenu Eddy Maminirina, alias Eddy Bois de Rose.

« Une cassation a eu lieu et une décision ont été prises. Aucun Eddy ne sortira pas, puisque nous avons tout bloqué. Nous avons également saisi l’Assemblée générale de la Cour suprême et c’est elle qui tranchera au final. Donc, en ce moment où nous nous entretenons, c’est faux qu’il a été libéré. Il est toujours dans la maison de force.», a expliqué le ministre joint par téléphone, hier.

Plus d’un se posent des questions sur la libération d’Eddy dont la condamnation a été cassée à l’issue d’une séance de délibération de mardi et d’avant hier. La sentence de cinq ans de prison ferme aurait été annulée avec renvoi devant une autre instance.

Deux milliards d’ariary

Le mystère est entier quant au véritable motif de cette cassation, laissant place aux différentes suspicions.

Le trafic de bois de rose pour lequel le protagoniste a été renvoyé derrière les barreaux remonte entre 2014 et 2015 où des investigations menées par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) battaient leur plein dans la Sava et dans l’Analanjirofo. Deux ans plus tard, Eddy Maminirina avait été frappé d’un mandat d’arrêt lancé par la Chaîne spéciale de lutte contre le trafic de bois de rose et d’ébène.

Il s’est finalement fait cueillir en février 2019 sur le parking d’un centre commercial à Ankorondrano. Six autres personnes ont été inculpées avec lui. Seulement, une commerçante et lui ont été reconnus coupables d’exploitation illicite, de vente et d’exportation de bois de rose. Ils ont écopé de cinq ans de prison ferme et d’une amende de deux milliards d’ariary.

Leurs coaccusés ont été relaxés au bénéfice du doute, selon les informations judiciaires. Eddy Maminirina avait demandé la liberté provisoire par l’intermédiaire de son avocat, sans grand succès.

La partie accusée a finalement fait un pourvoi en cassation dont l’écho a mis le système judiciaire sous le feu des projecteurs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi