A la une Politique

Deniers publics – Trois cas de détournement identifiés

Le Service de renseignements financiers fait état de trois cas de détournement de déniers publics. Les dossiers sont transmis au PAC et au Bianco.

Dans son rapport couvrant la période du 1er janvier au 30 septembre, le Service des renseignements financiers fait état de trois cas de détournement de deniers publics parmi deux cent cinquante infractions identifiées. « Des précautions s’imposent sur la divulgation des détails de ces dossiers car les instructions auprès des autorités compétentes sont en cours. Ces dossiers ont été transmis au Pôle anticorruption et au Bureau indépendant anticorruption », explique Boto Tsara Dia Lamina, directeur général du Samifin.

Tolérance zéro. Telle est le défi posé par le président de la République dans les premières semaines de son accession au pouvoir. À travers le compte-rendu du conseil des ministres du 20 février, le président de la République a marqué sa volonté de lutter efficacement contre la corruption. Depuis, des affichettes sont placardées dans les bâtiments administratifs, des cellules anti-corruption sont mises en places dans quelques départements ministériels, des éléments des forces de l’ordre et de la sécurité sont jetés en prison pour corruption. Tout semble indiquer que le ton est donné pour lutter contre ce fléau.

Stratégie

Madagascar dispose d’une stratégie nationale de lutte contre la corruption. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie, des structures et des dispositions légales ont été mises en place. Il s’agit entre au­tres de l’adoption de la loi anticorruption, la loi sur les pôles anticorruption, celle contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, celle relative à la coopération judiciaire internationale et, dernièrement, la loi sur le recouvrement des avoirs illicites.

Avec l’opérationnalité des Pôles anticorruption (PAC), plusieurs affaires ont été traitées. Toutefois, une catégorie de personnes n’a pas été inquiétée en raison de leur statut. Il s’agit d’anciens membres du gouvernement et du Parlement qui bénéficient d’une immunité de privilège.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter