Régions

Antsiranana – « Alefa tout le monde » contre la corruption

« Les concours administratifs et les secteurs touchant directement les recettes de l’État dont l’impôt et la douane sont prioritaires pour les activités de prévention. L’application de la loi sera axée beaucoup plus dans la lutte contre le détournement des deniers publics, contre l’impunité et la mise en place d’Antenne régional. » Après sa nomination, Laza Andrianirina, le nouveau directeur général du BIANCO a poursuivi sa tournée dans la capitale du Nord, dans le cadre de sa mission de conduite, la lutte contre la corruption dans tout Madagascar. Tout en prêtant le mot malgache « Alefa » pour encourager ses invités à unir les forces comme les Malgaches ont fait lors de la victoire de la Barea.

Cette visite a eu pour but d’asseoir une vision commune dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption dans la Grande Ile. Pour ce faire, il a organisé dans la grande salle du Grand Hôtel, rue Colbert, une séance de travail avec toutes les forces vives de la région DIANA , issues des secteurs publics et privés.

Cette réunion a eu pour objectif de présenter officiellement sa prise de fonction et sa vision dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption à Madagascar conformément à la Politique Générale de l’État
Lors de son intervention, il a axé ses messages de mobilisation sur trois points biens distincts. D’abord, il a apporté sa vision de son quinquennat basée sur les trois volets fondamentaux de la nouvelle Stratégie Nationale que sont l’éducation de tous les acteurs, la prévention de la corruption dans les systèmes et procédures et l’application sans équivoque de la loi à tous les auteurs, complices ou encore bénéficiaires de la corruption. Ensuite, l’occasion lui a permis d’évoquer les trois principales conditions de réussite de la lutte à savoir le soutien indéfectible du public, la réelle volonté politique des dirigeants et la synergie d’action de toutes les entités partenaires publics comme privés. Enfin, la mise en place du Pôle Anti-Corruption (PAC) et l’entrée en vigueur de la loi organique sur le recouvrement des avoirs illicites.

En outre, cet ancien officier supérieur de la gendarmerie nationale a tenu à rappeler à l’assistance l’importance et l’urgence de la mise en place des antennes régionales dont celle qui devrait être installée à Sambava, pour permettre à la fois au BIANCO de se rapprocher davantage du public, et aux victimes et témoins de corruption de signaler leurs situations de manière plus rapide et pratique. Il n’a pas oublié d’insister sur la nécessité absolue de renforcer l’éducation civique et morale des jeunes pour qu’ils adoptent la culture d’intolérance à la corruption.