Accueil » A la une » Hypertension artérielle – Les malades de plus en plus jeunes
A la une Social

Hypertension artérielle – Les malades de plus en plus jeunes

Le  contrôle  systématique  est  recommandé par  les  médecins.

Le pourcentage d’adultes qui ont appris d’un prestataire de santé qu’ils avaient de l’hypertension et qui prennent des médicaments pour la contrôler est de 13 %, chez les femmes de 15–49 ans comme chez les hommes de 15–59 ans.

La prise de médicaments est irrégulière pour certaines personnes enquêtées.

L’enquête Démographique et de Santé 2021 révèle un chiffre assez alarmant en ce qui concerne les personnes atteintes de l’hypertension artérielle (HTA) dans le cadre de l’enquête. Au cours de l’enquête, on a demandé aux femmes de 15–49 ans et aux hommes de 15–59 ans, si un médecin ou un prestataire de soins de santé avait déjà mesuré leur tension artérielle et si on leur avait dit qu’ils souffraient d’une hypertension artérielle. Il a été demandé s’ils avaient été informés dans les 12 mois précédant l’enquête, si des médicaments avaient été prescrits, et si l’enquêté les prenait. À l’issue de l’enquête, le pourcentage d’adultes qui ont appris d’un prestataire de santé qu’ils avaient de l’hypertension et qui prennent des médicaments pour la contrôler est de 13 %, chez les femmes de 15–49 ans comme chez les hommes de 15–59 ans.

Prise en charge adéquate

Globalement, les pourcentages de femmes et d’hommes informés qu’ils souffraient d’hypertension augmentent avec l’âge, passant de 7 % chez les femmes de 15–29 ans à 20 % chez celles de 40–49 ans et de 4 % chez les hommes de 15–29 ans à 17% chez ceux de 50– 59 ans. Par ailleurs, la connaissance de cet état de santé varie également de l’endroit où le patient vit. En effet, le pourcentage est beaucoup plus élevé au niveau urbain que rural. Les pourcentages de femmes et d’hommes dont la tension artérielle a été mesurée par un professionnel de santé sont plus élevés en milieu urbain qu’en milieu rural : 67 % contre 60 % chez les femmes et 51 % contre 32 % chez les hommes.

L’HTA augmente le risque d’accident vasculaire cérébral, d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale et de troubles cognitifs. Il n’y a, cependant, pas de traitement qui permet de la guérir définitivement.

Le traitement antihypertenseur, notamment celui obtenu sur ordonnance, n’a pour but que d’assurer le contrôle adéquat de la pression sanguine et, ainsi, de prévenir d’éventuels dommages aux organes humains (cœur, cerveau, reins, yeux, etc.). Pourtant, la prise en charge à temps et le contrôle de santé des malades est parfois irrégulier. Pour les hypertendus enquêtés et à qui les professionnels de santé ont prescrit des médicaments antihypertenseurs, la plupart des enquêtés ne prenaient leurs médicaments. Il est de seulement de 13% sur les 53% qui ont reçu des prescriptions auprès des professionnels de santé pour les femmes. Le pourcentage d’hommes à qui on a prescrit des médicaments antihypertenseurs est de 66 %, mais 13 % seulement prenaient leurs médicaments.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter