Politique

Vie consacrée – Le pape François encourage le clergé local

Agissant en berger. C’est au soir du dimanche vers dix sept-heures vingt que le pape François est accueilli dans un cadre sobre sur le terrain de sport du très historique collège jésuite Saint-Michel Amparibe. Le pape François est lui-même membre de la Compagnie de Jésus, la congrégation des religieux qui gèrent le collège Saint-Michel. Arrivé en papamobile, le Saint-Père ne manque pas de saluer toute la foule déjà stationnée en face du portail du collège Saint-Michel portant sur le lac Anosy. Il est reçu avec toutes les acclamations par tous les religieux venus, issus de toutes les communautés et institutions catholiques existant dans tous les vingt-et-un diocèses de la Grande île. La pelouse du terrain est investi tôt par les religieux et religieuses impatients de retrouver le souverain Pontife dont le prédécesseur est passé à Madagascar il y a trente ans.

Traversant le terrain à bord du papamobile, le pape François s’est ensuite installé avec toute sa délégation vaticane et tous les évêques de Madagascar. C’est à ce moment que les religieux se confient sur les difficultés de leur mission, c’est-à-dire la consécration dans l’enseignement de l’évangile, dans plusieurs localités à Madagascar. « Malgré nos misères et nos faiblesses, nous nous engageons de tout notre être dans la grande mission d’évangélisation », expose une religieuse qui évoque par la même occasion la pauvreté existante à Madagascar.

Responsabilité et pauvreté

Dans son intervention, le pape François rassure en soulignant, « beaucoup d’entre vous vivent dans des conditions difficiles, où manquent les services essentiels, eau, électricité, routes, moyens de communication ou encore les ressources économique pour gérer la vie et l’activité pastorale. Nombre d’entre vous portent sur leurs épaules, pour ne pas dire sur leur santé, le poids des labeurs apostoliques. Mais vous avez choisi de rester et d’être aux côtés de votre peuple, avec votre peuple. Je vous en remercie ».

Dans leurs relations avec les fidèles, le pape François exhorte les religieux à « devenir des professionnels du sacré ». Il leur demande à ce que le clergé soit l’image de la pauvreté et de la responsabilité. « Vainquons l’esprit du mal sur son propre terrain ; là où il nous invite à nous accrocher à des sécurités économiques, à des espaces de pouvoir et de gloire humaine, répondons par la responsabilité et la pauvreté évangéliques qui nous conduisent à donner vie pour la mission », interpelle le pape. En présence du cardinal Désiré Tsarahazana, le pape François témoigne sa reconnaissance envers les congrégations religieuses à l’origine de la présence catholique à Mada­gascar. Les aménagements apportés localement à l’enseignement catholique ne figurent pas parmi les sujets discutés lors de la rencontre entre le Saint-Père et les gens consacrés. Ces derniers étant représentés par un prêtre du diocèse de Miarinarivo pour le discours de remerciement au pape. À la fin de la rencontre en plein air, le pape François part à la rencontre des religieux jésuites de Madagascar qui se sont rassemblés au même moment à l’intérieur de la chapelle Saint-Michel.