Social

Veillée à Soamandrakizay – En toute bonne foi

Inoubliable. Les milliers de jeunes venus à Soamandrakizay samedi s’en souviendront longtemps. Ils ont passé une heure avec le pape François. Un second rendez-vous avec un souverain pontife après le passage de Jean Paul II au stade d’Alarobia en avril 1989. Munis de nattes, de tentes, de couvertures et de tabourets, ils prennent place selon les codes couleurs établies par les organisateurs dès le début de l’après-midi à Soamandrakizay.

Le vent, la poussière et le froid n’ont pas entamé leur enthousiasme rythmé par les danses et les chants. Vers 17 heures 50 minutes, l’image de la papamobile apparaît sur les écrans géants. Le pape François fait son entrée sur le site. Il traverse les allées dessinées en damier sur les 70 hectares de Soamandrakizay. Pour immortaliser ces quelques secondes, une forêt de bras armés de smartphones se forme. Le son des obturateurs et les flashes crépitent. Les cous s’allongent pour ne pas rater de ce passage historique. Voulant voir le plus près possible, les jeunes se ruent vers les bords des périmètres établis provoquant un immense nuage de poussière teintant les visages et les cheveux en rouge brique. Il s’en est suivi un océan de sourires suivis d’accolades. Une religieuse retire ses lunettes pour éponger son visage baigné de larmes.

Après cette euphorie, les choses sérieuses commencent. À peine installé à l’autel, le pape est accueilli par de la danse. Puis deux jeunes ont livré leur témoignage sur leurs engagements dans la vie de tous les jours. La nuit tombante et une vague de vent froid s’installent. Les tentes sont érigés, les couvertures sortis mais les jeunes sont suspendus au discours du souverain pontife prononcé en italien mais traduit en malgache par le père Marcel Ranivomanalina. « Certainement, chacun de nous peut faire de grandes choses, oui, mais ensemble, nous pouvons rêver et nous engager pour des choses inimaginables », a-t-il précisé. Un discours qui exhorte les jeunes à agir et à s’engager. Avec la traduction, le discours a duré 45 minutes. L’attention de certains a été perturbée par l’apparition d’un personnage connu par ses multiples résurrections annoncées dans les réseaux sociaux mais d’une manière générale, le message a été reçu par l’assistance. Après le départ du pape, la liturgie continue.