Social

Grande messe à Soamandrakizay – Un mort et plus de deux cent malades recensés

Les agents soignants et bénévoles au site Soamandrakizay ont été débordés. Des phénomènes « imprévus » ont provoqué plusieurs maladies.

Le défi zéro décès durant la visite du Pape, non respecté. Une femme près de la soixantaine d’année, pèlerin qui a dormi au site Soamandra­kizay pendant la veillée du 7 au 8 septembre, a trouvé la mort vers 1 heure 45 minutes du matin, le 8 septembre. « Elle avait fait une crise d’asthme aigüe sur le lieu où elle a dormi. Elle était déjà asthmatique, et la poussière, un invité imprévu, n’a pas arrangé les choses. C’est en cours de route vers l’hôpital qu’elle asuccombé », informele Professeur Nicole Rakotoarison, coordinateur de la sécurité sanitaire durant cette visite du pape François, hier. Les malades on t é té, exceptionnellement, nombreux pendant les événements à Soamandrakizay. 9 heures tapantes, au site à Androhibe, hier matin, un homme de 37 ans, assis sur une chaise roulante, yeux révulsés, tête flanchée à l’arrière, est emmené d’urgence à un poste de premier secours qui se trouve à quelques centaines de mètre de l’autel. « Il a fait une crise de convulsion sur place », raconte son père, Jean Marie Andrianantenaina, accompagné par son petit-fils (ndlr : enfant du malade). C’est, pourtant, pour espérer la guérison qu’ils se sont déplacés à Androhibe, depuis Ambohi­- mangakely. « Il est malade depuis quelques temps. Il ne peut pas bouger sa partie gauche et on a, récemment, amputé sa main droite. Mais cet incident ne nous démotive pas. Nous restons forts et continuons à espérer », lance ce père de famille. Une quinzaine de minutes après, alors que les secouristes de la Croix Rouge Malagasy qui tenaient ce post de premier secours, avaient du mal à trouver une ambulance pour évacuer ce malade au post médical avancé où sont pris en charge les cas graves, un drapeau rouge se lève dans la foule, indiquant la présence d’un autre malade.

Nuage de poussière

Quelques-uns d’entre eux courent avec un brancard, pour venir au secours à la personne pour qui on a hissé le drapeau. À la fin, ils ont transporté le fils de Jean Marie à bord de leur véhicule. Le malade est admis à l’hôpital Befelatanana. Plusieurs personnes sont tombées malades, pendant cette messe et durant la veillée du samedi, au site Soamandrakizay. Selon le bilan provisoire de la coordination de la sécurité sanitaire, au début d’après-midi du dimanche, deux cent douze malades y ont été pris en charge. Cent huit durant la veillée dont six évacués au niveau des centres hospitaliers. Cent quatre, durant la journée du dimanche dont dix évacués. Les types de maladie sont multiples, à savoir, des crises de convulsion, de l’hémorragie digestive, des maux de ventre, de l’intoxication alimentaire, des problèmes respiratoires.

Le nuage de poussière qui se formait sur le site à cause du temps venteux, n’arrangeait pas les choses. Il provoquait des problèmes respiratoires, d’un côté, et d’un autre, des problèmes gastriques. La propreté des aliments vendus sur ce site n’était pas assurée. Ces derniers ont été couverts de poussière. « Même sans y avoir goûté, j’ai fait de la diarrhée », con fie un médecin. Par ailleurs, des gargotiers se plaignaient de l’eau non potable. En outre, le temps n’était pas très coopérant. Il faisait très froid durant la veillée alors que la plupart des pèlerins n’ont apporté que de petit drap. D’après les dernières informations de la coordination de la sécurité sanitaire, le nombre des malades a largement dépassé les deux cent douze. Le bilan final ne serait annoncé que ce jour.