Economie

Transport aérien – Le côté sécurité remis en question

La chute mortelle de la jeune étudiante britannique à bord d’un Piper, Alana Cutland, une étudiante d’une vingtaine d’années qui effectuait des recherches sur les crabes dans la partie Ouest de la Grande île, survenue le 25 juillet à Mahadrodroka, district d’Analalava, a attiré l’attention de tout un chacun jusqu’à présent. Juste après le drame, les premiers éléments d’informations ont avancé qu’elle a réussi à ouvrir la trappe de l’avion après quelques minutes du décollage à Anjajavy. Sur ce point, une moindre négligence pourrait être fatale.

« Comment se fait-il qu’un passager à bord d’un avion a réussi à se comporter de la sorte ? », se demande un commandant de bord au sein d’une compagnie aérienne. « Il fallait au moins que le standard de sécurité ait été respecté. Toute personne devrait être attachée par une ceinture. C’est une règle fondamentale en matière d’un vol aérien. Avant le décollage, il est du devoir du pilote de vérifier tous les points nécessaires », ajoute-t-il.

Après la chute dramatique à Mahadrodroka, le côté sécurité à bord d’un avion est remis en cause. À chacun son interprétation par rapport à ce qui s’est passé en altitude. Certains observateurs ont comparé l’avion à un transport en commun dont les mesures de sécurité ne sont pas effectivement assurées. Une situation similaire a été postée sur les réseaux sociaux en relatant le cas d’un avion affrété par un opérateur de la vanille dans la région Nord-Est. D’après la source captée par « Gasy Patriote » observée sur le site de Patrick Raharimanana, l’aéronef mis à la disposition d’un particulier, desservant Antalaha à Mananara était en surcharge. « Une situation qui enfreint la norme en matière de transport aérien, dont la sanction pourrait coûter la réputation de la compagnie et le retrait de la licence du pilote», explique un commandant de bord.

Les accidents aériens ne sont pas fréquents à Madagascar. Contrairement aux transports terrestres qui occupent la majorité de la perte humaine, rares sont les cas qui ont entrainé mort d’homme sur le vol aérien.