Region Social

Santé publique – Trois victimes de la peste bubonique à Arivonimamo

La peste attaque précocement. Les premiers cas de peste pour la saison 2019-2020 sont notifiés.

À peine la saison pesteuse a commencé que la maladie a déjà fait des victimes. Trois personnes à Amboanana Arivonimamo ont été hospitalisées au centre de santé de base (CSB) de la commune, ces derniers jours. Elles ont présenté les symptômes de la peste bubonique. L’analyse des prélèvements effectués sur les malades a confirmé qu’
elles sont pestiférées.

Les premières victimes, deux garçons âgés de 5 ans et de 20 ans, ont été admises dans ce CSB, le 6 août et la deuxième, une femme de 33 ans, le lendemain. Quelques jours avant l’apparition des signes évocateurs, à savoir, une fièvre, des ganglions, un rat a été trouvé mort dans le village. Apparemment, la constatation de cette mortalité murine n’a pas alerté les villageois. « Ils l’ont négligée, alors que probablement, les puces qui se trouvaient sur cet animal mort ont bondi et leur ont transmis la maladie par leur piqûre », indique le Dr Raphaël Hotahiene, directeur de la Lutte contre les maladies transmissibles au sein du ministère de la Santé publique. Chanceuses, ces personnes se sont rétablies après les traitements.

Rétablissement
Ils auraient regagné leur foyer, hier même. En guise de riposte, tout le village qui abrite trois mille cinq cents personnes, a été désinfecté. Le CSB a eu du mal à fournir les médicaments qui sont nécessaires aux personnes qui sont entrées en contact avec les malades, pour éviter la propagation de la maladie. Son stock a été épuisé. Le problème a été vite réglé. « Le ministère dispose des médicaments nécessaires », rassure le Dr Raphaël Hotahiene.
Le ministère de la Santé publique est plus ou moins confiant que l’épidémie de peste ne fera pas autant de victimes, comme en 2017 et 2018 où plus de deux cents morts et des milliers de malades ont été recensés. Le secrétaire général du ministère de la Santé publique, le Dr Jean Claude Andrianirinarison, a indiqué que plusieurs activités ont été déjà entreprises dans les districts où la peste est endémique, à savoir, des sensibilisations sur l’hygiène, la lutte contre les rats et les puces. Il a aussi souligné que si des malades refusent d’aller dans une formation sanitaire, la société civile et les autorités locales prendront des mesures.

Le mois d’août est considéré comme une saison basse de transmission de la peste. Mais une fois que les feux de brousse se multiplient et la pratique de l’exhumation devient plus fréquente, le risque de transmission sera élevé. Les feux de brousse poussent les rongeurs à quitter leur habitat naturel et à se rapprocher des hommes.