Accueil » A la une » Pandémie et entreprises – Les jeunes entrepreneurs désemparés
A la une Economie

Pandémie et entreprises – Les jeunes entrepreneurs désemparés

Les  jeunes  entreprises  ont  été  parmi  les  premiers  à  recourir  aux  chômages  techniques.

Les impacts de la Covid-19 sur les entreprises sont sans appel. Les alternatives pour les jeunes sociétés sont rares.

LAISSÉS pour compte. C’est ce que ressentent la plupart des jeunes entrepreneurs face à la pandémie qui sévit.

« Avant la crise, on nous incitait à créer nos entreprises. Nous sommes nombreux à nous lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec les risques que cela implique. Avec le contexte actuel, une majorité de ces aventuriers ont vu leurs projets se heurter de plein fouet à un mur. Les mesures d’accompagnement envers les entrepris s, surtout celles nouvel­lement crées sont quasi inexistantes », déplore une jeune entrepreneur qui vient tout juste de formaliser son activité en début d’année et dont la société se retrouve, en ce moment sans trésorerie avec les contraintes de la Covid-19.

Selon la cellule de veille économique et stratégique de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM), « près de huit mille quatre cent quarante-neuf employés ont été mis au chômage depuis l’avènement du covid-19 à Madagascar ». Le textile, les TIC, les prestataires de service, les acteurs du tourisme ainsi que l’agri­-business sont les secteurs les plus impactés.

Sur cent soixante-dix-neuf entreprises enquêtées, cent douze sont restées ouvertes, soixante-quatre ont dû recourir à une fermeture temporaire tandis que trois d’entre elles n’ont eu d’autres options que la fermeture définitive. Ainsi, les startups qui n’ont pas su s’adapter aux contextes n’ont eu d’autres choix que de recourir à cette dernière option.

Alternative Ninja

Cependant, malgré la quasi-inexistence des mesures d’accompagnement pour les startups ressentie par ces jeunes entrepreneurs, des alternatives s’offrent à eux à l’instar de la branche «Miarina » du projet Fihariana ou encore du plan d’affaires initié par l’Agence japonaise de coopération inter­nationale (JICA). En trois semaines d’opérationnalisation, cent trente-cinq jeunes entreprises ont pu bénéficier d’un montant total de six milliards cent soixante-cinq millions d’ariary de financement débloqué par la branche startup du projet Fihariana.

Des financements répartis à hauteur de 52% pour les entreprises de la région Analamanga et le reste réparti dans toutes les autres régions du pays.

D’un autre côté, les Japonais ont lancé un appel à candidature à l’endroit de ces jeunes aventuriers entrepreneurials en vue du concours intitulé « Next Innovation with Japan » (NINJA) . « Le concours s’adresse aux entreprises émergentes dans dix neufs pays africains. La candidature est ouverte aux startups et organisations de tous les secteurs avec un accent particuliers sur les entreprises dans les domaines liés à la Covid-19 », annonce la JICA.

Les gagnants de ce concours recevront une aide financière ainsi qu’un accompagnement de l’agence d’exécution des aides publiques au développement du gouvernement japonais.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter