Accueil » A la une » Mayotte – Des clandestins malgaches extradés
A la une Océan indien

Mayotte – Des clandestins malgaches extradés

Les clandestins ont attendu quatre jours sur l’île d’Antanibe Ouest avant de repartir pour Mayotte.

Un commandant de navire rapatrié en avion depuis Mayotte avec ses trente deux voyageurs clandestins se trouve actuellement enquêté à la police.

Démasqué. Les fins limiers du service central des enquêtes spécialisées (SCES) sont sur la piste d’un réseau expéditeur de clandestins vers Mayotte. Le commandant d’un navire avec lequel trente-deux migrants tentaient de s’infiltrer dans l’archipel est maintenant placé en garde-à-vue à la police. Il est mis en examen pour trafic d’êtres humains et mise en danger de la vie d’autrui. Un couple propriétaire du bateau et son complice, également commandant, sont recherchés.

D’après les renseignements ébruités, toutes ces personnes avaient toujours agi en équipe. Elles recrutent et transportent des clandestins vers Mayotte.

Repéré

Le couple, habitant à Ambanja, se chargeait de l’hébergement des clients. Le mercredi 24 juin, ils avaient réussi à rassembler trente-deux voyageurs qui leur avaient versé 3 millions d’ariary chacun. Une fois l’embarquement terminé, le navire a qui t té Ambanja vers 3h du matin et est arrivé sur l’île Antanibe Ouest à 16h. L’équipage a été contraint à d’y rester quatre jours. Ils ont été cachés dans une forêt. Ils sont repartis avec les deux commandants le dimanche 28 juin, vers 19h, pour mettre le cap sur leur destination.

Le moteur est tombé en panne en haute mer. Du coup, l’embarcation n’a pas pu continuer sa traversée. Deux jours plus tard, aux environs de 10h, elle a été repérée par la police de Mayotte sur son territoire. L’un des commandants a plongé pour fuir bien avant l’arrivée des garde-côtes. Toutes les personnes à bord ont été ramenées sur la plage où une fouille a pu être effectuée. Aucune carte d’identité nationale ni passeport n’a été retrouvée sur elles. Il n’y avait non plus de gilet de sauvetage dans leur navire.

L’autorité mahoraise a fait retourner au pays les trentaines de clandestins le weekend. Le pilote est à présent soumis à un interrogatoire auprès du SCES pour avoir participé à cette traite humaine. La police est toujours sur les traces de ses complices, selon les explications reçues. Il sera bientôt livré au ministère public près du tribunal de première instance d’Antananarivo qui tranchera sur son sort.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Déja que Mayotte est « fatigué » de ces clandestins comoriens…si en plus les malgaches s’y mettent aussi….
    HE « LES COUSINS » !!!!! ne pensez pas que Mayotte soit riche mais pensez que c’est vous qui êtes pauvres !
    (malheureusement, c’est cela les conséquences d’une indépendance bradée par vos gouvernants )

Voir aussi