Social

Insécurité alimentaire – La malnutrition aiguë persiste

Lim Sang-Woo, ambassadeur de la Corée du Sud soutient l’ONN et la PAM.

La chenille légionnaire et les crapauds blancs dans le Sud ont ravagé les cultures. Cette situation aggrave la malnutrition aiguë. 

Alerte. Une délégation de la République de Corée du Sud à Mada­gascar a visité les sites du Programme alimentaire mondial (PAM) dans le Sud. L’insécurité alimentaire continue d’y sévir. « Il est constaté que la crise alimentaire perdure dans cette partie de l’île, notamment à Ikongo et le corridor Est de Madagascar. Cette situation n’a pas tellement changé. L’absence d’infrastructures et l’inaccessibilité font partie des conséquences. La sécheresse ne fait qu’aggraver la situation. Lorsque la pluie se manifeste, les gens arrivent quand même à cultiver et à se nourrir. Mais il y avait le passage des chenilles légionnaires qui ont ravagé les cultures », explique Dr Lucie Solofonirina, coordinateur national de l’Office national de Nutrition (ONN).
La chenille légionnaire a proliféré dans le Sud. À part ces larves, des crapauds blancs mangent aussi le manioc dans les champs, selon les informations reçues au niveau de l’ONN. Le manque de sensibilisation auprès de la population vulnérable, comme les mères et les enfants, est crucial, surtout dans les zones où aucun projet n’est mis en œuvre.

Programme à long terme
« Il n’y a pas assez de con­naissances autour de la nutrition des femmes enceintes et allaitantes, ainsi que l’alimentation des enfants après six mois. Plus de sensibilisation et de communication autour du changement du comportement dans l’adoption des bonnes pratiques sont nécessaires afin d’assurer une meilleure diversité alimentaire des enfants et un bon état nutritionnel et de santé des femmes avant, pendant et après l’accouchement », affirme Dr Yunhee Kang, spécialiste en nutrition humaine à l’Université Johns Hopkins de Baltimore.
L’enquête à indicateurs multiples montre que le retard de croissance lié à la malnutrition touche 38 à 39% dans les régions Androy et Anosy. Quelques districts sont les plus sensibles à l’insécurité alimentaire, à savoir Amboasary, Ambovombe, Beloha, Tsihombe, Betioky et Ampanihy.
Le programme sur la sécurité alimentaire doit être de mise. Au lieu de répondre à chaque alerte, le PAM et l’ONN, avec l’appui financier de la Corée du Sud, comptent mettre en œuvre un projet à long terme. Le problème d’insécurité alimentaire est lié à d’autres secteurs comme l’accès à l’eau. Le représentant du PAM, Moumini Ouedraogo, a précisé que la malnutrition n’est pas, non seulement, une affaire d’accès à la nourriture mais concerne aussi la santé et l’hygiène.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La nutrition est un concept transversal. La sécurité alimentaire et nutritionnelle intègre la sécurité alimentaire. D’après la définition consensuelle votée en 1996 à Rome lors du Sommet Mondial de l’Alimentation, la sécurité alimentaire repose sur 4 piliers :La disponibilité, l’accessibilité de cette nourriture, l’utilisation concerne la qualité des aliments et des régimes alimentaires , l a stabilité.