Region

Ankazobe – Deux métayers tuent leur patron

Le corps d’un père de famille, âgé de 47 ans, n’a été retrouvé qu’après un mois et cinq jours de son assassinat. Les deux hommes qui ont commis ce meurtre ont enfin avoué leur crime et ont dévoilé l’endroit où ils ont enterré le cadavre.
En fait, la victime, ayant habité à Manankasina, dans la commune rurale de Betatao, district d’Ankazobe, avait toujours considéré les deux meurtriers, originaires d’Ambatomanga, dans la commune rurale d’Antanambao, district d’Antsirabe II, comme faisant partie de sa famille, et il se comportait ainsi. En effet, il les hébergeait depuis dix-neuf années, l’aidant à travailler ses champs.
En mai dernier, après la moisson du riz, les deux individus ont réussi à convaincre le père de famille à investir dans la collecte de manioc séché. Les trois hommes ont donc quitté Manankasina pour Antsirabe, le patron emportant la somme de huit millions d’ariary. En prétextant vouloir faire un détour à Ambatomanga pour rendre visite à leurs familles, les deux assassins ont invité leur victime à les y accompagner. Mais avant à quelques kilomètres du village, ils ont tué leur patron à coups de gourdin et avec une serpe. Après avoir pris l’argent et le téléphone portable du père de famille, ils ont enterré sa dépouille mortelle.
La famille du défunt a déposé une plainte auprès de la gendarmerie de Sahanivotry lorsqu’elle n’a reçu aucune nouvelle le concernant. Une enquête a alors été ouverte, menant à la recherche des deux individus et entraînant une forte suspicion à leur encontre. Ils ont été suivis à la trace pour être finalement arrêtés, vendredi dernier. Ils ont avoué leur crime et ont montré où ils ont enterré le cadavre. L’un d’eux avait encore sur lui le téléphone portable. Après leur défèrement au parquet du tribunal d’Antsirabe, hier, les deux meurtriers ont été mis en détention provisoire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter