Accueil » Faits divers » Vohémar – Un incendie cause d’importants dommages
Faits divers

Vohémar – Un incendie cause d’importants dommages

Au  plus  fort  de  l’embrasement,  le  feu  a  tout  détruit sur  son  passage.

Soixante-treize maisons ont été consumées et cinquante-six autres démolies pour limiter la propagation du feu, hier, à Tsarabaria Vohémar. Le préjudice est estimé à 400 millions d’ariary.

Grave. Située à 50 kilomètres au sud de Vohémar, la commune rurale de Tsarabaria a été le théâtre d’un incendie dévastateur, hier.

Les autorités ont attribué l’origine du feu à l’imprudence des parents qui ont laissé leurs enfants préparer le déjeuner. Les flammes sont parties de leur cuisine et ont échappé à leur contrôle. Elles se sont rapidement développées à cause d’un vent fort. C’est la partie Est du village qui a été rasée, si l’on s’en tient aux témoignages glanés.

L’incendie s’est déclaré à 11h15 et n’a pu être maîtrisé que vers 16h. Le fokonolona s’est efforcé, lui-même, de l’éteindre avant l’arrivée du chef du district et d’une vingtaine de gendarmes et policiers venant de Vohémar et d’Ampanefena. « Les biens ont presque été réduits en cendres, dont du paddy dans des sacs. Les gens d’ici vivent de la riziculture et de la culture de vanille. Les récoltes sont parties en fumée. Le peu sauvées ont été volées par des profiteurs. C’est triste. », relate une mère de famille.

Pertes matérielles

« Soixante-treize toits environ, motos, ustensiles, effets et divers objets ont été calcinés. Pour circonscrire le brasier, cinquante-six autres habitations ont été rapidement démantelées », explique la gendarmerie. Aucune perte en vie hum aine n’est à déplorer.

D’inchiffrables pertes matérielles ont été constatées. Le préjudice s’élève à 400 millions d’ariary dont 6 400 000 ariary en liquide.

« Les autorités responsables ont déjà été avisés des faits. Pour l’instant, nous sinistrés, environ quatre cent cinquante personnes, attendons qu’ils nous viennent en aide. » rapporte un notable.

« Certaines victimes ont rejoint leurs familles respectives. Celles qui n’ont pas où aller dormiront dans des établissements publics. » explique le même interlocuteur sur la mesure provisoire prise.

En juillet 2020, un terrible incendie s’est déjà produit à Manakana Tsarabaria. Cinquante-quatre maisons avaient été détruites. Une personne y avait trouvé la mort. Tout était irrécupérable.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter