Accueil » Actualités » Antananarivo – Des infrastructures illicites en dur démolies
Actualités

Antananarivo – Des infrastructures illicites en dur démolies

L’infrastructure  en  dur  démolie  à  Analakely.

L’enlèvement des box illicites continue dans la capitale. Pour la journée d’hier, neuf box ont été enlevés au niveau d’Analakely et de Soarano. Un bulldozer a été mis en œuvre pour détruire l’infrastructure qui s’est implanté sur le trottoir depuis quelques temps. Parmi eux, une infrastructure en dur à Analakely derrière l’arrêt du bus 137 qui a été construite sur le trottoir. Neuf d’entre eux sont des box métalliques au niveau de Soarano.

Ces derniers se trouvaient derrière le bureau du 1èr arrondissement près de la station Soarano. « L’action de la commune touche les constructions implantées dans des endroits à emprise publique », indique Niry Rasamoelimiamina, Directeur de l’Urbanis­me au sein de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Les propriétaires ont été notifiés à l’avance. « L’utilisation des places publiques comme celle-ci doit être temporaire. Lorsque la construction est en dur, le propriétaire doit en principe avoir un permis pour pouvoir occuper la partie de manière permanente. Ce qui n’est pas le cas pour la construction à Analakely », enchaîne le responsable.

Constructions illicites

Les actions vont alors continuer dans les six arrondissements. L’enlèvement des constructions illicites en dur où les locaux sont à usage commercial va débuter cette semaine. Les propriétaires ont été effectivement avisés et certains ont résisté face à la notification de la mairie. « Les propriétaires ont deux jours pour enlever les marchandises dans leurs boutiques et puis on procède à la démolition », explique le Directeur de l’urbanisme. Une semaine avant une dizaine de kiosques métalliques ont été enlevés du côté de Namontana et Andrefan’ Ambohijanahary. « Cette opération entre dans le champ d’action de la commune à veiller aux respects des normes dans la capitale afin que chacun puisse être à sa place, dont les piétons sur les trottoirs et les marchands dans les marchés », conclut-il.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi