Accueil » Régions » Mahajanga – Le logement d’un responsable du lycée squatté
Régions

Mahajanga – Le logement d’un responsable du lycée squatté

Un fonctionnaire se réfugie derrière une personnalité et refuse de céder un logement de fonction qui s’est transformé en un véritable taudis ! C’est ainsi que l’on peut qualifier l’actuel logement administratif que le surveillant général au lycée Philibert Tsiranana de Mahajanga, aurait dû occuper depuis plus de deux ans.

Son prédécesseur se refuse à quitter les lieux depuis le début de l’année scolaire 2016, car il n’avait plus aucune responsabilité dans l’établissement étant muté à la Direction régionale de l’Éducation nationale (DREN). Il a investi les locaux depuis 2016 et ses deux successeurs n’ont jamais pu occuper les lieux jusqu’à ce jour. La
maison se trouve dans un état de dégradation totale et est lugubre et sale, située dans la cour du lycée. Un véritable désordre total y règne et gêne tous les voisins.

«Ce fonctionnaire a été protégé par une personnalité politique, c’est pourquoi il a toujours refusé de quitter les lieux. En revanche, l’ancien proviseur a immédiatement quitté sa résidence, car tous les deux ont été affectés en même temps», précisent quelques membres du personnel du lycée.

D’après quelques enseignants, sa mutation a été décidée à cause de son comportement. « Il faisait souvent irruption dans les salles de classe, trainait les filles par leurs cheveux ou les poursuivait en tricycle jusqu’à l’extérieur de l’école. Un détournement de fonds a été aussi constaté par les responsables du lycée», expliquent-ils.

Un voisin a confié que « son épouse et ses deux fils vivent en cachette dans la maison et refusent de partir alors qu’il a été de nouveau affecté à Maevatanàna il y a plusieurs jours». Les responsables devraient réagir très vite car la maison tombe en ruine et que le bénéficiaire n’a pas encore pu intégrer le logement.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi