Accueil » Actualités » Fête nationale – Les festivités sous haute surveillance
Actualités Social

Fête nationale – Les festivités sous haute surveillance

L’EMMO annonce un puissant dispositif de sécurité autour de la trentaine d’événements qui se tiendront dans la capitale et ses alentours.

Quadrillées. Comme chaque année, depuis la période transitoire, notamment, les festivités de célébration de la date du retour à l’indépendance de Madagascar est annoncé par les forces de l’ordre comme présentant des risques de débordements échafaudés par des individus malintentionnés. Et comme chaque année donc, les éléments de sécurité seront  légion pour sécuriser les événements connexes à la célébration de la fête nationale.

« Plusieurs rumeurs circulent sur des intentions de troubler la célébration de la fête nationale. Elles sont considérées selon leur degré de risque. Il y a même des personnes et des endroits déjà identifiées, mais nous sommes encore en pleine investigation », a déclaré le général Florens Rakotomahanina, commandant de la Circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale (CIRGN). Ce dernier qui annonce que la sécurisation sera, également, valable dans les zones rurales, pour ce qu’il en est de la province d’Antananarivo et de la région Analamanga.

« Tous les événements seront fortement quadrillés », a prévenu le colonel Ravoavy Zafinsambatra, commandant du groupement de l’État major mixte opérationnel de la région Analamanga (EMMO-REG). Jusqu’au 26 juin, l’on compte plus de trente rendez-vous, allant des cultes religieux, en passant par des traditionnels podiums dont le lancement s’est fait dimanche dernier au Coliseum Antsonjombe, avec des suites dans d’autres endroits de la capitale et ses environs, comme Ankorondrano, Andohatapenaka, Antanikatsaka-Itaosy ou encore au terrain Para-Ivato.

Fouilles et interdiction

Le carnaval de Madagascar du 17 au 19 juin ou encore des journées de distribution de don sont, aussi, au programme des festivités entrant dans le cadre du 26 juin, ainsi que des fanfares dans des places comme celle d’Andohalo, Analakely et Antaninarenina. « La population ne devrait pas s’étonner de voir de fortes dispositifs de sécurité autour de chaque événement », a prévenu le colonel  Ravoavy.

Lors de la conférence de presse de l’EMMO-FAR, hier, à Ankadilalana, il a également été dit que les fouilles « selon le flair des éléments de terrain », se feront durant les différents événements. Comme chaque année, le sumum des festivités de la fête nationale, à Antananarivo notamment, seront les feux d’artifices à Anosy, dans la soirée du 25 juin et le défilé militaire, suivi d’un podium au stade de Mahamasna, le 26 juin. Des éléments en civils se fondront, par ailleurs, parmi les spectateurs du défilé à Mahamasina afin d’identifier et éviter les « sifflements organisés ».

Cette année seulement, le dispositif de sécurité interdit l’accès à tout type de véhicule motorisé aux alentours immédiats du lac Anosy. « L’accès au lac sera fermé à toute circulation de véhicule à partir de 16 heures, le jour du 25 juin », a indiqué le général Rakotomahanina. Du reste, comme à chaque célébration des fêtes du retour à l’indépendance, la vente et l’usage de pétards ou autres engins explosifs de fête sont interdits. Dès l’entame du mois de juin, pourtant, des explosions de pétards résonnent dans les travées des quartiers de la capitale. Pour y remédier, des patrouilles seront sur terrain, dès ce jour, pour traquer les vendeurs illégaux.

Garry Fabrice Ranaivoson

Voir aussi