Accueil » Politique » Élection – La présidentielle sur un air de campagne
Politique

Élection – La présidentielle sur un air de campagne

Andry  Rajoelina  occupe  le terrain sans relâche.

Des aspirants ou pressentis candidats à la prochaine élection présidentielle et leurs partisans entament la précampagne. Des activités martelées dans les médias et sur les réseaux sociaux.

L a partie commence. Bien que sa réglementation soit encore en débat, la précampagne est une pratique à laquelle tout prétendant à un mandat électif et ses partisans, s’adonnent sans retenue. En vue de la prochaine élection présidentielle, les candidats pressentis et aspirants candidats, ainsi que leurs soutiens, investissent le terrain depuis quelques semaines. Un échauffement, qui devrait durer plusieurs mois avant la vraie bataille électorale, qui sera la période officielle et légale de campagne.

Dans les discussions sur les candidats probables à la prochaine élection présidentielle il y a, évidemment, Andry Rajoelina, président de la République, et son éternel rival, Marc Ravalomanana, ancien Chef d’État. Depuis son départ du gouvernement, Hajo Andrianainarivelo, ancien ministre de l’Aménagement du territoire, se retrouve à nouveau dans la liste des concurrents probables à la prochaine course à la magistrature suprême.

Le député Siteny Randrianasoloniaiko figure, aussi, dans les débats sur le sujet depuis plusieurs mois. Du fait de ses activités depuis quelques semaines, et les dires de certaines indiscrétions, Andry Raobelina, opérateur économique et magnat des médias audiovisuels, fait également son entrée dans la liste des candidats possibles à l’élection présidentielle. Toutes ces personnalités battent le pavé actuellement.

Dernier venu dans les débats sur une éventuelle participation à la course à la magistrature suprême, Andry Raobelina est particulièrement actif. Il table sur ses stations audiovisuelles et les réseaux sociaux pour booster la visibilité de ses multiples sorties publiques. Sous la bannière d’une entité baptisée des initiales de son nom, ARB, il a été, particulièrement, actif dans les localités ravagées par le cyclone Batsirai, dans les régions du Sud-Est du pays. Il mise, aussi, sur des opérations de séduction d’entités religieuses et traditionnelles.

En ordre de bataille

Très actif sur le plan politique, lui aussi, notamment l’année dernière, le député Siteny Randrianasoloniaiko semble avoir levé le pied depuis quelques semaines. En tout cas, les publications sur ses pages sur les réseaux sont plus recentrées sur ses œuvres sociales et ses activités dans le domaine du sport, ces derniers temps. L’élu de Toliara étant également président de l’Union africaine de Judo (UAJ), et du Comité national olympique (CNO). Sa dernière sortie politique a été dans son fief, à Toliara, le 26 mars.

Débridé par son départ du gouvernement, l’ancien ministre Andrianainarivelo a repris ouvertement ses activités politiques. À s’en tenir aux échos médiatiques de ses descentes sur terrain, le patron du parti Malagasy miara-miainga (MMM), privilégie, pour l’heure, les circonscriptions où il y a des élus de son parti. L’ancien président de la République, Marc Ravalomanana, lui aussi, est déjà au taquet. Son dernier coup d’éclat est le meeting politique durant sa visite à Ambatondrazaka, le 30 avril.

Le parti «Tiako i Madaga­sikara» (TIM), présidé par l’ancien Chef d’État, s’active aussi. En parallèle aux sorties publiques de son président national, le TIM table sur les opérations de redynamisation de sa base. La formation politique d’opposition ne cache pas qu’elle est en train de se muscler en vue de la prochaine élection présidentielle. Jusqu’ici, aucun des candidats présumés à la prochaine course à la magistrature suprême n’a officialisé leurs intentions, cependant. Pareillement pour le président Andry Rajoelina.

À l’instar des autres prétendants potentiels à la magistrature suprême, le locataire d’Iavoloha se garde, lui aussi, de se prononcer. Durant ses descentes sur terrain, ses partisans multiplient, néanmoins, les appels pour qu’il brigue un second mandat. Sa famille politique, elle aussi, mobilise ses forces. La dernière en date est la redynamisation du parti «Tanora Malagasy vonona» (TGV), à Antsiranana, durant le week-end.

Le scénario de l’événement à Antsiranana, indique que même les membres du gouvernement, don t le Premier ministre, sont en ordre de bataille en vue de la présidentielle. À chaque prise de parole durant les sorties publiques, les réalisations du pouvoir sont mises en avant.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Des candidats potentiels loin de faire l’unanimité pour le commun des mortels .Surtout quand vous voyez ce Raobelina sorti de la moule du HVM et qui traîne des casseroles avec son frère . D’ailleurs c’est l’illustration d’une justice qui ne fait pas son travail ; Quand au sortant la non-condamnation de la Russie dans le conflit Ukrainien subodore des subterfuges de financements étrangers louches et que le non-plafonnement des dépenses de la campagne électorale lui laisse quartier libre à cette manie d’infantilisation du peuple avec les tee-shirts et les spectacles gratuits .