Accueil » A la une » Écoles privées – Hausse des frais de scolarité en vue
A la une Social

Écoles privées – Hausse des frais de scolarité en vue

Les directeurs craignent que des élèves ne reviennent plus sur le banc de l’école pour la prochaine rentrée.

Des écoles privées prévoient une augmentation des frais de scolarité pour la prochaine rentrée scolaire.

COMME les autres secteurs, l’éducation privée est également touchée par l’application d’une hausse des salaires minimum d’embauche. De ce fait certaines écoles privées projettent de procéder à une hausse pour les frais de scolarité. Une décision incontournable selon certains directeurs d’école. “On est obligé de prévoir une hausse de 14% sur les frais de scolarité et ce pour diverses raisons”, livre Harivelo Solofomanana, directeur d’école à Anosibe. Cette hausse s’appliquera pour la nouvelle rentrée scolaire.

Les responsables d’école citent plusieurs causes ayant motivé cette prise de décision. “ L’inflation nous a conduit à prendre des mesures comme celle de l’augmentation des salaires des enseignants et du personnel au sein de l’école”, indique le directeur d’école et membre de l’Union des Écoles Privées de Madagasc­ar. Les écoles déterminent elles -mêmes le taux de l’augmen­tation. “ On prévoit une hausse de 14% sur les salaires des enseignants. Ce changement a été porté à la connaissance des parents d’élèves bien avant l’annonce du président de la République”, enchaîne-t-il. Mise à part l’inflation et la décision d’augmenter le salaire ­minimum, certaines écoles privées ont du mal à se relever après la crise sanitaire. Les charges pèsent sur leur budget. “ Notre propriétaire a révisé le loyer. Une hausse est également enregistrée alors que la plupart des écoles privées sont encore locataires ”, se plaint-t-il.

L’annonce de la nouvelle a engendré des grognes auprès des parents. “J’ai trois enfants qui sont scolarisés. Avec cette hausse, je ne pourrais pas économiser, sans parler de l’inflation qui fait augmenter le prix des fournitures scolaires”, se plaint Didier Andria­tsiferana, un père de famille.

Débat

De leur côté, les écoles essaient d’alléger la charge, en avançant d’autres options. “ On a décidé de prendre beaucoup plus d’élèves dans chaque classe afin de limiter la hausse des frais de scolarité ”, avance un directeur d’école. L’appli­- cation du salaire­ minimum auprès de l’éducation privée fait débat. Certaines écoles privées notent une difficulté d’application de cette mesure. “ Les écoles se répartissent en trois catégories. Il y a les écoles qui ont des frais de scolarité entre 60 000 ariary et 65 000 ariary. Il y en a dont les frais se situent entre 70 000 à 400 000 ariary. Il y en a qui sont appuyés par des organismes privés. Pour mon cas, j’ai décidé d’appliquer la dernière augmentation”, conclut-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter