Accueil » Editorial » Football poussière
Editorial

Football poussière

La récréation est finie, le cirque aussi. Après presque deux ans d’instabilité et de turbulence, la Fifa a remis les choses à leur place au sein de la FMF. On s’en doutait, l’instance du football mondial était au courant des passes d’armes entre le camp du président élu Raoul Arizaka Rabekoto et le président autoproclamé Alfred Randriamanampisoa. La FIFA a remis la balle au centre en annulant les décisions prises de part et d’autres en particulier les radiations de membres du comité exécutif de la FMF.

Elle a nommé le premier vice-président Victorien Andrianony président par intérim en l’absence de Raoul Arizaka Rabekoto conformément au statut. Elle exige la tenue des élections à tous les niveaux de la structure fédérale. Une mission conjointe FIFA-CAF viendra superviser tout le processus. On l’aura donc échappé belle.

Dans d’autres pays la sanction a été immédiate et sans appel. La FIFA a été magnanime on ne sait pour quelle raison. Mais elle a averti que désormais c’est tolérance zéro « à l’égard des intimidations et des pressions de toutes sortes exercées sur les membres, les organes et l’administration de la FMF qui doivent diriger leurs affaires en toute indépendance sans l’immixtion indue de parties tierces ». Une épée de Damoclès plane ainsi sur la tête des dirigeants de la FMF déterminés à en finir avec l’équipe adverse. À preuve, dès hier même une lettre a été envoyée aux ligues pour confirmer la nomination du nouveau secrétaire général adoptée lors de la dernière « assemblée générale » tenue au palais des sports.

La lettre de la FIFA n’a pas servi donc à enterrer la hache de guerre entre les deux parties. Et ce sont les joueurs qui en pâtissent. Les Barea ont déjà raté la fenêtre de la FIFA au mois de mars et risque encore de bâcler sa préparation des éliminatoires de la CAN 2023 dont le tirage au sort aura lieu le 19 avril.

Tout le monde n’a qu’à se mettre sous les ordres de la FIFA et attendre sagement les élections qu’on espère transparentes et équitables. On ne peut plus continuer à jouer ce football poussière qui n’a pas sa place à ce niveau.

C’est inadmissible que ceux qui prétendent vouloir diriger la fédération et développer le foot ne maîtrisent même pas le statut de la FIFA. On refait les mêmes erreurs qu’en 2002, 2008 où on frôlait la suspension en dissolvant la FMF. Vingt ans après on commet la même bêtise. C’est juste lamentable.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter