Accueil » A la une » Médecine traditionnelle – L’heure de gloire des fanafody gasy
A la une Social

Médecine traditionnelle – L’heure de gloire des fanafody gasy

Une  panoplie  des  produits  anti-covid-19  à  base  de plantes  médicinales.

La pandémie Covid-19 a propulsé la pharmacopée malgache au devant de la scène. Face à la menace de la mort, les fanafody gasy font des miracles.

Ironie du sort, il a fallu attendre une épidémie dévastatrice comme la Covid-19 pour que les Malgaches croient aux vertus de la médecine traditionnelle, des plantes médicinales. Pourtant la consommation de tisanes ou de décoctions au quotidien fait partie de la tradition. Une tasse de « mangidy » à base de mazambody, katrafay, afiafy, mandravasarotra ou aferontany, chaque matin est indispensable pour se sentir zen toute la journée et pour chasser une migraine, un ballonnement, une impuissance…Les vendeurs de tapa-kazo aux vertus diverses son t légion au marché.

Au niveau formel, les tradipraticiens sont réunis en association pour mieux aborder les recherches, rationaliser les moyens. Le professeur Rakoto Ratsimamanga a été le pionnier de la recherche et de l’exploitation des plantes médicinales. Il a créé l’Institut Malgache des Recherches Appliquées ( IMRA) spécialisé dans la production de médicaments à base de plantes médicinales. Une institution de renommée internationale dont certains produits ont été vendus à des laboratoires étrangers comme le Madeglucyl.

Beaucoup de Malgaches ont recours aux produits Masy, le label de l’IMRA, pour traiter différentes maladies à moindre coût. C’est justement à l’IMRA que l’État s’est tourné pour finaliser les recherches sur l’artemisia, connu mondialement pour ses qualités anti-paludiques.

La Covid-19 est une occasion pour transformer l’artemisia en tisane curative et préventive contre le coronavirus. L’occasion a été saisie par le président de la République Andry Rajoelina pour donner aux Malgaches un produit pour se protéger et se soigner contre le virus. Le Covid Organics ou CVO est né suivi plus tard du CVO+ sous forme de gélules produits par l’usine Pharmalagasy, ancienne Ofafa reprise et transformée par l’État en un temps record. La médecine traditionnelle a ainsi pris un nouveau tournant avec pour la première fois une production à l’échelle industrielle.

Rupture de stock

Beaucoup de témoignages ont relaté l’efficacité du Covid Organics lors de la première vague. Le président de la République lui même a affirmé qu’il et sa famille se protègent avec le CVO+ et qu’ils n’ont pas besoin de se faire vacciner. A preuve, Andry Rajoelina et son épouse sont indemnes jusqu’à présent alors qu’ils se rendent dans les hôpitaux et les CTC voir de visu la situation.

Actuellement avec la flambée des malades du variant sud africain de la Covid-19, le CVO + est épuisé dans les pharmacies et les divers points de vente.

L’IMRA a fait des émules plus tard. L’Homeopharma de Jean Claude Ratsimivony lui a emboîté le pas avec divers produits dont de l’huile essentielle anti-virale qui marche fort. Homoepharma a trouvé un nouvel acquéreur et Jean Claude Ratsimivony a crée Vaniala qui opère dans le même secteur des plantes médicinales. Outre les gels et les pulvérisateurs antiviraux, le baume Fosa est son vaisseau amiral contre la Covid-19.

Récemment ou plutôt l’ année dernière, le Dr Edmond Rakotomalala a lancé l’Ed 1, une huile essentielle dont le succès dans le traitement de la Covid-19 est émaillé de témoignages élogieux. Des cas désespérés auraient été sauvés par ce médicament miraculeux.

D’autres produits existent à foison sur le marché. Comme il s’agit plutôt de tisane ou de décoction que de médicament, aucun essai clinique n’est nécessaire pour leur commercialisation. Il s’agit plutôt d’une forme synthétisée des tiges ou des feuilles que l’on fait cuire. Dans tous les cas, face à l’angoisse créée par cette hécatombe, la population croit facilement à ce qu’on lui propose.

Elle n’a rien à perdre face à la férocité du virus et est prête à tout essayer en attendant les vaccins annoncés par l’État. Une voie incontournable pour sauver ceux qui peuvent encore l’être. Il ne faut pas se faire d’illusion, le vaccin ne garantit pas une protection absolue. À preuve, au Chili, 30 % de la population a été vaccinée, troisième meilleure performance mondiale, mais l’épidémie est repartie de plus belle, foudroyante et irrépressible. Croisons les doigts.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La pharmacopée Malgache a toute sa place dans l’arsenal thérapeutique traditionnel. Là – dessus il n’y a rien à discuter . On incite même l’IMRA et les autres chercheurs à persévérer dans celle voie pour le graal des brevets . L’ artémisia n’est pas une plante endémique à Madagascar . Sa première découverte était dans les frontières Chino-laotiennes . Pr Ratsimamanga l’a importé. Elle est censée agir contre la malaria uniquement . En aucun cas le CVO avec sa substance active l’artémisine n’a aucune efficacité scientifiquement prouvée contre le covid 19 sauf pour la Brésilienne , le pouvoir et la population crédule . Les informations doivent être bien recoupées parce que Le Chili a vacciné 34% de sa population avec une seule dose du vaccin Chinois SINOVAC . Ce vaccin n’a pas l’agrément en Europe et aux États Unis faute de données suffisantes sur son efficience .
    Le vaccin Pfizer et BioNTECH est efficace à 91,3 % contre le variant Sud Africain et assure une protection MINIMALE de 6 mois comme le vaccin de la grippe . Israël va atteindre l’immunité collective fin avril avec 60% de sa population ayant reçu ce vaccin Pfizer . Les indicateurs sont bons dans ce pays .La Grande Bretagne a vacciné 11 millions de personnes avec le vaccin ASTRAZENECA et récemment aucun décès répertorié avec les gens libres sans masques . L’agence Européenne des Médicaments a sorti les résultats de son expertise : les effets secondaires du vaccin Astrazeneca sont TRÈS RARES et la balance bénéfice /risque est toujours en faveur de ce vaccin .
    Les pays qui ont démarré tardivement la campagne de vaccination comme l’Afrique du Sud , la Tanzanie et le Brésil ont connu l’éclosion de variants plus contagieux et plus meurtriers : le variant Sud Africain 500Pi , le variant Tanzanien avec 40 souches mutantes et le variant Amazonien P1 avec 92 mutations . Avec cette stratégie de l’escargot par mauvaise foi du régime sur une campagne de vaccination effective serait propice à l’apparition d’un variant Malgache . C’est trop facile de mettre sur le dos de l’OMS ce retard parce que le dispositif COVAX obéit à des procédures par étapes bien ficelées . Ce taux de positivité frôlant les 40% avec la saturation des lits d’hospitalisation et encore avec des tests de dépistages dérisoires est logique parce ce n’est pas le CVO + et l’azithromycine qui vont assurer la guérison des formes modérées . Les récentes mesures de freinage de la circulation virale en accord avec l’état d’urgence sanitaire seront à évaluer dans 10 jours . Déjà cette courbe exponentielle des décès nous oblige sans hésitation à pointer du doigt des «criminels » responsables de cette hécatombe par mysticisme, irrationalité et incompétence avérés .

  • moi aussi et ma famille sont indemmes de Covid-19 ! et pourtant nous ne prenons pas de CVO !
    Peut être grâce à la bonne bouteille de vin que je bois régulièrement ….. (ironie)