A la une Politique

Coronavirus – Un traitement made in Madagascar à l’étude

Le Président a annoncé le début du test clinique à base de plantes médicinale sur des patients aujourd’hui. 

Miser sur le « Vita Malagasy», pour gagner la guerre épidémiologique. À entendre l’intervention de Andry Rajoelina, président de la République, sur le plateau de la télévision nationale, hier, il a donné son feu vert pour l’essai clinique d’un traitement du coronavirus « made in Madagascar ».

Selon le chef de l’État, l’accord avec les patients qui ont accepté de se soumettre au test clinique devrait se faire, aujourd’hui. Ce nouveau protocole de traitement sur lequel les autorités malgaches misent, serait à base de plante médicinale. « Il s’agit d’un remède fait à Madagascar, à partir d’une plante malgache, mais qui a toujours été exporté », explique Andry Rajoelina. Il ajoute que l’exportation de cette plante est désormais interdite. Que toutes les réserves seront désormais sous bonne garde.

À s’en tenir aux propos présidentiels, les avis d’experts nationaux et internationaux l’auraient convaincu à donner le feu vert pour l’essai clinique de ce nouveau traitement. Selon ses dires, des savants internationaux affirmeraient que la Grande île pourrait ainsi, fournir un traitement pour « trente millions de malade du coronavirus ».

Production industrielle

Tablant sur les arguments des experts avec lesquels il échangerait fréquemment, Andry Rajoelina affirme, « je suis convaincu que nous allons trouver le remède du coronavirus à Madagascar ». Il semble voir en cette guerre épidémiologique une occasion pour concrétiser une ligne de ses engagements de campagne et faire briller la Grande île à l’internationale. Le chef de l’État annonce alors qu’il compte finaliser un projet de construction d’une usine pharmaceutique cette semaine.

« J’espère que la première chose que cette usine produira sera un remède contre le coronavirus », avance le président de la République. À l’entendre, si les essais cliniques qui démarreront incessamment sont concluants, l’État compte démarrer le plus rapidement possible une production industrielle du médicament, voir du vaccin « made in Madagascar », contre le covid-19. Sur le plateau de la télévision nationale, le locataire d’Iavoloha a laissé entendre que les tests porteront sur « un traitement préventif et curatif ».

Des États et des bailleurs étrangers auraient déjà proposé leur appui financier et matériel aux autorités malgaches pour l’édification de cette usine pharmaceutique affirme le chef de l’État. « Nous sommes en train d’étudier avec quel pays nous allons collaborer pour produire ce médicament», ajoute-t-il. Au regard de l’intervention présidentielle d’hier, le dossier devrait se décanter à l’issue des diverses réunions qu’il compte tenir cette semaine.

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Cette crise sanitaire mondiale est propice à toutes les supercheries et les arnaques de vendeurs de traitement ou de vaccin miracle contre le covid-19 . Il faudrait prendre avec la plus grande prudence et la meilleure circonspection toute offre de collaboration émanant d’obscurs chercheurs et investisseurs qui se présentent comme de bons samaritains .A ce jour l’OMS n’ a évoqué aucune plante Médicinale Malgache qui pourrait être une alternative préventive et curative au covid-19 . Si cette institution spécialisée de l’ONU a lancé avec l’Europe un vaste essai mondial appelé SOLIDARITY avec 4 molécules précises contre le SARS-Covid-2 parce que justement les meilleurs et les plus grands scientifiques de la planète ont donné leur aval .Surtout il y a l’histoire de vaccins à expérimenter en Afrique qui a fait le buzz dans les Médias.Et les bi- pharma qui ne veulent pas entendre parler de l’hydroxychloroquine pour son coût de production non rentable verront bien d’un bon oeil ce genre de déclaration présidentielle .On attend donc sans le moindre procès d’intention mais avec notre rationnel scientifique affûté les tenants et les aboutissants de ce projet pompeux . La vigilance s’impose à ce jour donc et humblement on se présente comme un lanceur d’alerte . On ne voudrait surtout pas qu’une usine de plus devienne un éléphant blanc . »Arahaba soa , arahaba tsara raha tena mitombona  » ! .
    La cité-état avec son régime semi-autoritaire , on parle de Singapour , considérée comme modèle dans la gestion de l’épidémie connaît une « deuxième vague » de foyers de contamination . Sa stratégie initiale était basée sur le port généralisé de masque et sur une politique de « tests de dépistage » intensive . Ce constat donne certainement raison aux positions inflexibles de l’OMS à ce jour de l’inutilité du port de masque pour tout le monde . Donald TRUMP peut toujours insulter cette instance mondiale de la santé sur des insinuations gratuites de connivence avec la Chine mais à ce jour on est en phase avec l’OMS et on campe sur l’efficacité de la distanciation sociale et les mesures barrières . Etre des  » Moutons de panurge » ou  » frimer  » avec des masques non dotés de filtres efficaces serait une aberration sociale .

    • Cher Ratovo LIBRE j’abonde à 150% dans votre propos, par contre, on ne vous a guère entendu sur les arrestations de gens de presse ???
      qui sommes toutes n’avaient à priori rien fait de bien grave …
      c’est dommage que nous ne pouvions converser en dehors !!!

      • Cher Monsieur , j’ai déjà eu l’occasion de les commenter sans états d’âme sur un autre site mais pas sur une feuille de chou comme Madagascar-tribune.com . Il faut bien faire la part des choses entre délit de « presse » à amendes et délit de « droit commun » relevant du pénal allant jusqu’à l’emprisonnement .Dans le cas d’espèce l’appréciation des faits avec les éléments objectifs à charge relève du pouvoir souverain de la justice qui par essence est indépendante .Les journalistes sont aussi des justiciables comme vous et moi .