Politique

Visite d’État à l’extérieur – Le déplacement du Président scruté à la loupe

La ministre Lalatiana Rakotondrazafy défend les causes des déplacements présidentiels à l’extérieur.

À l’issue des déplacements du Président Andry Rajoelina à l’extérieur, des critiques font des vagues au sein des observateurs, notamment sur la fréquence des sorties en un laps de quatre-vingt jours seulement. En réponse, le porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondra­zafy explique. « Le déplacement de la délégation malgache conduite par le président de la République au Sénégal et à l’île Maurice est une invitation officielle des chefs d’État respectifs. L’État malgache n’a même pas payé un centime pour ces sorties. Toutes les dépenses sont à la charge des pays qui invitent du fait que Madagascar a été leur invité d’honneur à l’occasion de la célébration de la fête nationale à laquelle le Président est invité ».

Un déplacement à Addis Abeba à l’occasion du Sommet de l’Union africaine s’est tenu en février. En mars, le Président a été à la tête d’une forte délégation pour répondre à l’invitation du Président mauricien pendant sa fête nationale mais aussi pour la participation de Madagascar au « One Planet Summit » au Kenya. Le dernier déplacement s’est opéré lors de l’invitation du Président sénégalais Macky Shall en marge de l’investiture de celui-ci suivi de la célébration de la fête nationale.

Tout un chacun a sa manière d’apprécier l’objectif d’une mission présidentielle à chaque visite à l’extérieur. Au temps de l’ancien Président Hery Rajao­nari­mampianina, les critiques étaient également très vives sur ce sujet.

Appréciation
En tant que membre du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy a voulu être rassurante en exposant les points qui différencient les voyages effectués par l’actuel Président par rapport à celles menées par les anciens dirigeants. « C’est parce que nous visons la transparence et les intérêts pour le peuple malgache à chaque visite d’État. Pas comme auparavant où les anciens responsables ne faisaient que de la gabegie », ajoute Lalatiana Rakotondrazafy. Un membre de la délégation qui a fait de nombreux déplacements avec l’ancien Président Hery Rajaonarimampianina témoigne que « toutes les sorties à l’extérieur pendant le moment où l’ancien Président était au régime correspondant aux obligations des chefs d’État convié à assister à une importante rencontre internationale ».

Paolo Raholinarivo, en tant qu’analyste politique partage son point de vue par rapport à la mission gouvernementale à l’extérieur. « Le chef de l’État représente un pays sur la scène internationale. Dans le cas d’une rencontre internationale ou régionale, sa présence est obligatoire. Cette mission et toutes les dépenses y afférentes sont incluses dans le budget prévu dans la loi des Finances », explique-t-il.

 

6 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Et bien c’est ce que je cesse de répéter veillez bien distinguer la différence entre Invitations et volontairement : « L’état malgache n’a même pas payé un centime pour ces sortie » il ne faut jamais juger les gens trop vite sans rien savoir! Pour éviter ce qu’on appel la honte!! Trop précipiter à insulter et critiquer le gouvernement!!

  • je crois que c’est complétement clair , le déplacement au Sénégal et à l’ile Maurice est une invitation par le président de ces 2 pays, donc c’est eux qui payé tous les frais des délégation malagasy . il faut donc arrêter la polémique qui ne sert à rien

  • Dénigrement de caniveau que cet article aime suçoter allègrement . On voit bien qu’on est au pays des « be fialonana » . Rajaonarimampianina même une seule fois n’a fait de conférence de presse pour les contribuables . Toute la différence .

  • Rien de choquant sauf pour les be fialonana . Déjà RAJAO même une seule fois a rendu des comptes par une conférence de presse à IVATO. Toute la différence.

  • Le gouvernement malgache n’a pas payer même un centime :
    1 – Déjà combien de personnes à voyagées ?
    2 – Dans quel hôtel et à quel prix ils ont logés ?
    3 – Qui a reçu les factures à déclarer au service d’imposition ?
    4 – Ce sont des droits à justifier, car ce n’est pas pendant leurs heures de repos hebdomadaires ?
    5 – La somme totale doit être publiée, et quelle ne présente aucun risque de pot au vin pour et de pression économique sur les invités de bonnes volontés ?

  • A – Est-ce que les frais de la campagne électorale ont été comblés auprès des fournisseurs ou seront prévus être payés avant la fin du mandat présidentiel en 2024 ?
    B – Tous les déplacements inclus les déplacements à l’intérieur du pays. Et il y des présidents qui ont en ont trop fait par Air-Madagascar ou en voitures avec des crédits en carburants. Les comptes doivent être publiés car Madagascar est un grand pays trop endetté par des dettes indirectes extérieures non – maitrisées ?