Magazine Region

Boeny – Des trésors touristiques méconnus à découvrir

Vue de la plage sur la presqu'île de Katsepy.

Des stations balnéaires et des plages sablonneuses, des grottes extraordinaires et pleines de mystères font l’attrait qu’exercent les nombreux sites touristiques de Mahajanga.

La piscine d’Andafiröi Eco Lodge.

Des richesses mal exploitées. À la veille des vacances de Pâques et à l’approche de la haute saison touristique, les établissements hôteliers commencent à bouger. Le lundi de Pâques et le lundi de Pentecôte ainsi que les jours fériés tels que le 1er mai, voire même les simples week-ends, les sites sont envahis.

À commencer par le Village touristique à Antsahabingo, mais la mer y est interdite à toute baignade, à cause de nombreuses noyades meurtrières qui s’y sont produites ces dix dernières années.

Les plages du Grand Pavois et de Belinta sont aussi très fréquentées durant ces périodes, et bientôt, les hôtels seront en surbooking. Il en sera de même de la petite plage d’Amborovy qui deviendra invivable du fait de son accès facile en bus, en motos ou en taxis. La petite plage restera toujours la première station balnéaire vedette avec un millier de plagistes par jour, en haute saison.

Pour sortir des sentiers battus, et pour plus d’intimité, l’Office régional du tourisme de Boeny (ORTB) mène une grande promotion et propose quelques destinations de rêve. Des lieux éloignés des tracas quotidiens et forment des endroits très calmes et romantiques.

 

Pour ne citer qu’Andafiröi Eco Lodge à 100% solaire, un endroit idéal pour se ressourcer dans un milieu naturel et paisible, loin du bruit de la ville.

Les yeux brillants d’un maki nocturne.

Paradisiaque
Le site se trouve à vingt minutes de la ville de Mahajanga en vedette rapide, plus précisément à Amparihilava sur la presqu’île de Katsepy, dans le district de Mitsinjo. Là, seuls les chants d’oiseaux et de grillons, et le bruit des vagues se font entendre et bercent les visiteurs. L’endroit est paradisiaque, avec son sable blanc, ses lacs et ses forêts primaires à perte de vue. Les flamants roses, les makis et le phare de Katsepy sont à voir. Le dépaysement est incroyable. Mise à part la piscine naturelle, l’hôtel possède aussi une piscine. L’on peut y prendre un bain de midi ou de minuit.

Plus loin, Mariarano est aussi un lieu authentique et sauvage. Il est situé à 83km au nord- est de Mahajanga-ville, dans le district de Mahajanga 2. Le site est géré par une communauté locale engagée. Il est accessible par la mer et en véhicule tout terrain (4×4). Des circuits exceptionnels sont proposés pour découvrir sa biodiversité unique, et qui peuvent conduire à Anjohibe, une grotte à labyrinthe exceptionnel.

Les flamants roses n’ont pas peur des zébus.

On ne peut non plus occulter Ankomany, à 45km au nord de Mahajanga, propice au bivouac. Le Parc national de la Baie de Baly renfermant les Tsingy de Namoroka, dans le district de Soalala, fait également la renommée de la région Boeny. Il est exceptionnel, car sa visite est programmée du mois de juin à celui de novembre, avant la saison des pluies.

En attendant, la chaleur est encore suffocante à Mahajanga en cette fin de la période de pluies. Mais la température baissera peu à peu pour faire place au climat hivernal. Et ce sera l’annonce de l’arrivée des premiers estivants.