Accueil » Social » Genre – Le pays se prive de potentialités
Social

Genre – Le pays se prive de potentialités

«Il faut exploiter toutes les ressources humaines». Pour la sénatrice Brigitte Rasamoelina, le fait d’écarter les femmes dans les prises de décisions que ce soit dans la famille, dans les entreprises ou dans les affaires de la nation, c’est se priver délibérément des potentialités disponibles. D’après elle, les femmes peuvent apporter un autre regard sur les évènements. Elle s’est exprimée ainsi en marge de la célébration de la Journée internationale de la Femme qui s’est tenue hier, à Andohatapenaka.
Dans le cadre de cette journée qui marque surtout la lutte pour les droits de la Femme, Brigitte Rasamoelina de rappeler que beaucoup d’avancées ont été entreprises ces dernières années sur ce front, entre la possibilité d’une mère de transmettre la nationalité malgache à son enfant en 2016, la signature du traité contre la traite d’être humains en 2008, le partage égal des biens en cas de divorce en 2007, le recul de l’âge légal pour le mariage à dix huit ans en 2007 et la mention du harcèlement sexuel dans le code du travail en 2004. «Le principal défi pour Madagascar concernant le droits de la Femme reste l’application des textes», déplore la sénatrice. Néanmoins, elle a indiqué que les femmes malgaches sont mieux loties que leurs congénères dans les pays similaires.

Tolotra Andrianalizah

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi