Accueil » Politique » Décentralisation – Les gouverneurs s’activent au développement
Politique

Décentralisation – Les gouverneurs s’activent au développement

La région Boeny procède à la mise en oeuvre de ses projets. 

Le Nouvel An est un nouveau départ pour les gouverneurs. L’annonce des projets à réaliser et le rappel des réalisations de l’année passée s’enchaînent.

Le défi sera énorme pour ces responsables nommés à la tête des Collectivités territoriales décentralisées. La construction des infrastructures selon les besoins des communes s’affiche sur l’agenda des régions. 2021 s’annonce une année de travail pour les gouverneurs déjà condamnés à réussir selon la vision du président de la République.

Pour la région Boeny, la mise en place d’une infrastructure moderne dédiée à abriter les bâtiments administratifs est conçue. La cité des fleurs constitue une grande ville où la réalisation des grands projets destinés à la promotion de la filière touristique s’inscrit sur le «Velirano» du président Andry Rajoelina.

Tous les moyens sont bons pour les responsables à la base d’élargir leur visibilité. Les interventions médiatiques se sont multipliées ces derniers jours pour lancer le message que les activités se poursuivent au sein de chaque région. Une évaluation pour juger la performance des gouverneurs sera prévue se tenir dans un moment donné. Ils sont soumis à des obligations pour que le développement soit concret au niveau de la population.

Parcours

La réalisation de la route en pavé de 10 kilomètres par district par an demeure le point de départ pour les gouverneurs. Certains se réjouissent d’en avoir construit plus. C’est le cas de la région d’Analamanga ou d’Atsimo Andrefana qui ont réussi à implanter 14 km de route durant 2020.

Il y a ceux qui promettent d’améliorer beaucoup mieux leur parcours cette année. L’idée est de se conformer aux engagements imposés dans le «Velirano» du président. Le développement à la base sera priorisé tout en gardant la bonne gouvernance sur la gestion du budget alloué par le gouvernement. 2 milliards ariary sont la somme mise à la disposition des régions pour concrétiser ces projets. Cette fois, en fonction de leurs propres recettes ou de leurs propres ressources, les régions auraient la possibilité d’élargir leur projet pour satisfaire la population.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi